PARTAGER

Lilian Thuram est revenu sur le crachat de son fils Marcus, lundi, sur RCI Guadeloupe. S’il a condamné son geste, le champion du monde 1998 a aussi tenté de l’expliquer pour en atténuer sa portée.

Trois jours après les faits, Lilian Thuram a réagi lundi au crachat de son fils Marcus, survenu samedi lors d’un match de Bundesliga avec son club du Borussia Mönchengladbach. Le champion du monde 1998 s’est d’abord dit «extrêmement choqué» de ce qu’il a vu. «Je me suis même posé la question de savoir est-ce que c’était vraiment mon fils, en fait», a-t-il expliqué sur les ondes de RCI Guadeloupe. Puis, l’ancien défenseur (48 ans) s’est montré plus clément, défendant même son garçon.

«C’est involontaire»
«Après coup, j’ai eu son explication, c’est-à-dire qu’il était rage de colère, et donc il a insulté l’adversaire et sans faire exprès effectivement, il a eu de la salive qui est partie, a estimé Lilian Thuram. Lui, ce qu’il veut, c’est que les gens retiennent que c’est involontaire parce que lui, il se dit : «Mais papa, je ne voudrais pas que les gens pensent que je suis capable de cracher volontairement sur quelqu’un parce que ça n’a pas de sens.»»

«C’est un geste qui ne doit pas exister sur le terrain de foot»
«Et d’ailleurs, lorsqu’il a pris le carton rouge, a poursuivi l’ancien défenseur des Bleus, la première personne qu’il a appelée lorsqu’il était dans les vestiaires, c’est son petit frère, pour lui dire : «Képhren, je n’ai pas fait exprès, je t’assure, j’étais en train de crier, j’étais énervé, j’avais une rage et la salive est sortie toute seule», et donc en fait, lui, il accepte – et je pense que c’est normal – qu’il soit puni parce qu’effectivement, c’est un geste qui ne doit pas exister sur le terrain de foot.»
Pour son geste contre Stefan Posch, face à Hottenheim, Marcus Thuram, qui a aussi pré­senté ses excuses, a écopé d’une suspension de cinq matchs. Son club lui a aussi infligé une amende record.
Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here