PARTAGER

Pour n’avoir pas porté son choix sur le Sénégalais Sadio Mané lors des votes pour le Ballon d’or africain, préférant son compatriote André Onana, Samuel Eto’o a été critiqué par les Camerounais pour son «chauvinisme».

Samuel Eto’o a fait son baptême du feu le 7 janvier dernier en tant que Maître de cérémonie (Mc) aux Caf awards 2019. C’est dans ce costume de «Mc» qu’il a connu comme les autres le vainqueur du Joueur africain de l’année.
Quelques jours après cette cérémonie, l’ex-capitaine des Lions Indomptables n’a pas été épargné par les critiques dans son propre pays, le Cameroun.

Le «double jeu» de Eto’o
En fait, si Eto’o est critiqué, ce n’est pas parce qu’il a mal animé la prestigieuse soirée des récompenses en Afrique, mais parce qu’il n’a pas porté son choix sur le Sénégalais Sadio Mané lors des votes. Il a préféré donner sa voix à son compatriote, le gardien de l’Ajax Amsterdam, André Onana.
Du coup, il est vivement critiqué puisque, selon certains Camerounais, il est en train de jouer un double jeu pour avoir été le premier à féliciter Mané juste après la remise du trophée par rapport à sa capacité de se relever après des échecs.
Selon beaucoup de Came­rounais, si Eto’o a félicité publiquement le nouveau Ballon d’or africain, il ne l’a pas fait de façon secrète dans les urnes. Il a surtout fait parler son sens du «chauvinisme» en votant pour un compatriote.
Certains Camerounais vont jusqu’à traiter Samuel Eto’o d’«hypocrite». En effet, lors du Ballon d’or France Football, il était la première personne à battre campagne pour que Sadio Mané puisse gagner. Après les résultats, il a ouvertement déclaré que «Messi mérite ce trophée».
En tout cas, cette double scène n’est pas passée inaperçue au Cameroun. Et depuis quelques jours, l’attitude de l’ancien attaquant de l’Inter Milan est sur toutes les lèvres.
Comme pour se racheter, la légende camerounaise a soutenu ses jeunes frères pour les distinctions personnelles mondiales, particulièrement Sadio Mané et Mohamed Salah, en égratignant ses compatriotes africains.
«Les joueurs africains ne sont pas respectés, en premier par leurs propres frères. Ce n’est pas croyable que ces jeunes n’aient pas notre appui. Si nous ne nous apprécions pas, les autres ne le feront pas à notre place. Mon objectif c’est d’accompagner ces jeunes autant que je peux, défendre ces jeunes, les protéger parce qu’un jour viendra, ils devront aussi passer le flambeau. C’est ce que nous (Africains) n’avons pas compris à tous les niveaux. Et c’est pourquoi nous sommes toujours derrière», a-t-il déclaré. Les Camerounais apprécieront…
hdiandy@lequotidien.sn
(avec afriquesports)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here