PARTAGER

Prévues pour 2021, les élections pour la présidence de la Caf font déjà couler beaucoup d’encre ces derniers jours. Alors que l’actuel président Ahmad a indiqué ne pas avoir encore décidé s’il va briguer un nouveau mandat, la guerre des coulisses a déjà commencé pour les prétendants à sa succession à la tête de la Caf.

Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu le jeudi 16 mars 2017, à Addis-Abeba, président de la Confédération africaine de football (Caf), lors d’une élection qui l’opposait au Camerounais Issa Hayatou, qui dirigeait l’organisation depuis 1988. Il a battu Issa Hayatou par 34 voix contre 20. Le président de la Caf est élu pour un mandat de 4 ans. Donc l’élection aura lieu l’année prochaine. Aucune candidature n’a encore été enregistrée.
Ahmad Ahmad envisage de briguer un second mandat sans se soucier des accusations scandaleuses et se carrer dans son trône africain qu’il conserve depuis le 16 mars 2017. Et pourtant, la Fifa a accusé sa gestion de mauvaise, imprégnée de corruption. Ces accusations seront profitables aux traditionnels candidats à la présidence, en l’occurrence les Marocains Faouzi Lekjaa et l’Egyptien Hani Abou Rida. Les autres prétendants, Constant Omari et Augustin Senghor, représentant les fédérations des pays respectifs, le Congo et le Sénégal, ont montré leur intention.
Mais la réélection de Ahmad Ahmad à sa propre succession reste peu probable, juge l’hebdomadaire Al Ayyam, relayé par Le360sport.
Qui sont donc les principaux prétendants à la succession du président malgache de la Caf ? Trois candidats sont, semble-til, les favoris à ce poste, estiment nos confrères. Selon la même source, «l’Egyptien Hani Abo Rida, le Tunisien Tarek Boucha maoui et le Marocain Fouzi Lekjaa sont les principaux favoris à la course à la présidence de la Caf. Ces trois ténors du football africain auraient d’ailleurs déjà commencé la bataille de la campagne électorale, et ce dans les coulisses, où tout se joue dans le football africain». Outre les favoris nord-africains, d’autres responsables du foot africain peuvent prétendre à la présidence de la Caf. Nos confrères estiment que des profils comme le Nigérian Amadjou Penek, le Sénégalais Augustin Senghor ou encore le représentant de la République démocratique du Congo, Constant Omari, ont toutes leurs chances de briguer le trône du football africain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here