PARTAGER

Le Real Madrid va enchaîner Mondial des clubs et Clasico face au Barça en quelques jours. Le club merengue est déjà à un tournant de sa saison.

Le “Money Time”, déjà. On attendait le tournant du Real Madrid en seconde moitié de saison, à l’occasion des demi-finales de Ligue des Champions ou des derniers soubresauts de la Liga. Mais il intervient déjà à quelques encablures de la clôture de la phase aller et quelque part, c’est déjà un échec en soi. Car Madrid est seulement 4e de Liga. Le champion d’Espagne en titre, actuel double champion d’Eu­rope, a eu beaucoup de mal depuis le début de l’exercice après des débuts pourtant prometteurs en Supercoupe d’Espa­gne face au rival, le Fc Barcelone. Mais depuis, la qualité de jeu des merengues a largement baissé. Avec de grosses difficultés à marquer notamment, et de grosses déficiences à domicile en début de championnat, face à des équipes comme le Betis, Levante ou Valence.
Si Ronaldo est loin de ses standards habituels, l’expression est aussi adéquate pour Benzema. Il n’a jamais été un buteur prolifique, mais le Français a rarement été aussi apathique dans le jeu. Et comme on a pu le constater, sa mission principale, tirer le meilleur de Ronaldo, n’a pas été couronnée de succès. Même l’excellent trio Modric-Kroos-Case­miro a eu des manques, alors que les tâtonnements de Zidane, qui avait tendance à beaucoup expérimenter en début de saison en permettant énormément de permutations entre ses milieux et ses attaquants, avaient généré des espaces exploitables pour les adversaires et un replacement aléatoire pour ses ouailles.
Or, le Real doit déjà se ressaisir avant qu’il ne soit trop tard. Le compte-à-rebours a commencé face au Fc Séville en Liga où l’on a retrouvé un Zizou plus familier, débrouillard et ingénieux et surtout capable de tirer le meilleur de ses joueurs. Contre les Andalous, et malgré une défense décimée par les absences, Zidane a pu façonner un 4-4-2 très viable qui a corrigé les Nervio­nenses 5-0. Cristiano Ronaldo semble lui aussi avoir retrouvé son efficacité avec un doublé et Madrid a paru beaucoup plus serein qu’à l’accoutumée. Une renaissance expresse pour Zida­ne et ses hommes qui seraient bien inspirés de demander au Père Noël trois victoires lors des trois prochains matchs, ce qui leur assurerait un nouveau titre de champion du monde des clubs et surtout une diminution de l’avance du Barça au classement et un joli coup porté au rival d’un point de vue psychologique dans l’optique de la deuxième partie de campagne. Monter sur le toit du monde et se rapprocher des sommets ibériques. Difficile de trouver mieux, au pied du sapin, au lendemain du Clasico, le 24 décembre prochain.
Avec Goal.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here