PARTAGER

Pour un Sénégal bou bess, Mame Adama Guèye veut se donner les moyens d’arriver au pouvoir. Il a débuté une campagne de proximité dans son fief lébou de Cambérène, en vue de solliciter le soutien de la communauté.

«Celui qui veut aller loin prépare tôt sa monture.» Mame Adama Guèye ne voudrait pas qu’on lui rappelle cet adage. A peine a-t-il déclaré sa candidature pour la Présidentielle de 2019, qu’il s’est déjà lancé dans une quête des voix. Le leader du Mouvement Sénégal bou bess a entamé avant-hier sa visite de proximité à Cambérène. Un choix qui n’est pas fortuit. «Depuis la déclaration de ma candidature, j’avais dit que nous allions à la rencontre des Sénégalais. Nous avons commencé une tournée politique qui, au-delà de Dakar, va nous amener dans beaucoup de régions. Cette visite à Cambérène s’inscrit dans les visites de proximité que nous avons initiées pour être à l’écoute des Sénégalais. C’est le plus important. Mais il se trouve aussi que Cambérène est le village d’origine de mes parents. Moi, je suis Lébou d’origine. Cambérène est un lieu très important pour moi sur le plan de mon appartenance ethnique et sur le plan religieux», a indiqué l’avocat, qui assure en outre que «cette visite de proximité politique est aussi de ressourcement spirituel».
Interpellé sur sa participation à la concertation sur le pétrole et le gaz, le prétendant au fauteuil présidentiel n’a pas caché sa satisfaction. «J’ai toujours appelé au consensus sur le gaz et le pétrole. Donc à partir du moment où le Président a appelé à une concertation sur la question, il était tout à fait logique que j’y participe», a-t-il dit. Le leader du Mouvement Sénégal Binou Begg précise cependant avoir pris toutes ses responsabilités en allant à cette concertation. «Je suis un amoureux du consensus. D’autres ont pris leurs responsabilités pour ne pas assister à cette concertation.» Sans vouloir apporter un jugement de valeur sur la position de ces membres de l’opposition qui ont brillé par leur absence à cette rencontre où toutes les couches de la société étaient conviées. Mais le souhait de Mame Adama Guèye a été que cette concertation soit le premier jalon d’un consensus national. «C’est une question fondamentale, et il ne faudrait pas, parce que cela a été un succès du point de vue concertation, s’en arrêter là. Ça doit être un processus continu qui doit impliquer toutes les composantes de la Nation. En termes de strates sociales, en termes de strates politiques, il faudrait que ça sorte du cadre de salle de réunion qui se limite à Dakar et que ça essaime sur toute l’étendue du territoire national», conseille-t-il.
Par ailleurs, l’homme qui veut un Sénégal différent a salué la baisse de la caution pour la Présidentielle. «Elle a un sens. Il ne faudrait pas qu’on s’inscrive sous une forme de suffrage censitaire. C’est-à-dire une sélection par l’argent. La sélection par l’argent n’a pas de sens. N’importe qui peut trouver de l’argent, même des gens qui se livrent à des activités illicites. Un trafiquant de drogue peut déposer une caution de 1 milliard de francs. Ce n’est pas un bon critère de sélection. Symboliquement, c’est important mais ça ne doit pas être décisif», note-t-il. Sur l’éventuelle candidature de Karim Wade, la robe noire ne veut pas donner son opinion, parce qu’ils sont tous des candidats à la Présidentielle. «Mais s’il estime que ses droits ne sont pas respectés, il peut revendiquer ses droits là où il faut», conseille-t-il.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here