PARTAGER

Un financement de 60 milliards de francs Cfa sera injecté dans la prochaine campagne agricole. En Cconseil des ministres virtuel hier, le chef de l’Etat a informé le gouvernement de la validation du programme agricole 2020-2021. Macky Sall, d’après le communiqué «a, dès lors, demandé au ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural de veiller à la répartition optimale des financements alloués aux différents volets et filières, afin de consentir aux producteurs, des prix de cession fortement subventionnés pour les semences, engrais et équipements agricoles».
Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, rappelle, dans un entretien accordé au journal Le Quotidien (voire l’édition n°5161 du mercredi 06 mai 2020), que «depuis le début de la pandémie du Covid-19, le Président Sall a insisté sur la nécessité de faire en sorte que le Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar) atteigne ses objectifs, dont le principal est d’assurer la sécurité alimentaire.
Un effort particulier est dans cette perspective, envisagée en faveur d’un certain nombre de spéculations : le riz, le mil, le niébé et le maïs».
Pour cette campagne 2020, fortement marquée par la propagation du Covid-19 devenu une pandémie, indique le ministre, «le gouvernement du Sénégal a décidé de faciliter l’acquisition d’intrants et de matériels agricoles en soutien et accompagnement aux petites exploitations agricoles. A cet effet, le budget consacré à l’achat d’intrants agricoles a connu une hausse de 50%, soit 20 milliards en valeur absolue, comparée à l’année dernière. Ces mesures visent à augmenter la quantité des intrants, mais aussi de les rendre plus accessibles aux producteurs. La dynamique enclenchée pour le développement des autres spéculations sera maintenue et renforcée».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here