PARTAGER

Malgré la pandémie de Covid-19, la production agricole a été abondante cette année. Le gouvernement avait tablé sa production céréalière sur environ 3 millions de tonnes contre 2 millions 500 mille en 2019, pour un budget de 60 milliards de francs Cfa, soit 20 milliards de plus que la campagne précédente. «Avec 20 milliards de plus, nous avons augmenté la quantité des intrants et des engrais de 50%, rendu les intrants plus accessibles, rehaussé les subventions. Ce qui a permis au monde rural d’économiser entre 5 et 8 milliards de francs Cfa», a expliqué le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural. Moussa Baldé s’exprimait hier à la conférence de presse du gouvernement. A cela s’ajoute l’hivernage exceptionnel cette année, favorable presque partout dans le pays. «L’effort budgétaire du président de la République, l’organisation du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, la bonne pluviométrie et surtout l’engagement des populations» ont permis ces résultats satisfaisants, assure M. Baldé.
Ainsi, la production arachidière est estimée à 1 million 800 mille tonnes cette année contre 1 million 400 mille tonnes l’année dernière. Concernant les céréales, dont l’objectif était de 3 millions de tonnes, elles sont passées à 3 millions 800 mille tonnes. «Il est attendu de la production rizicole 1 million 850 mille tonnes contre 1 million 100 mille l’année dernière. Cela est valable pour la pastèque, le niébé, le coton…», s’est réjoui le ministre, qui indique que la production céréalière du Sénégal a augmenté de manière globale de 38% cette année, et les cultures industrielles d’au moins 36%.
La commercialisation de l’arachide en cours va se terminer le 25 mai prochain. D’ores et déjà, certains détracteurs affirment que «cette campagne est mal partie». Mais «le producteur a le choix de gérer sa production comme il veut», a déclaré Moussa Baldé. Le prix du kg d’arachide a été fixé cette année à 250 francs Cfa contre 210 francs l’année dernière, soit une hausse de 40 francs Cfa. «A ce prix, si on valorise 1 million 800 mille tonnes, c’est 450 milliards. Autrement dit, le monde rural est assis sur 450 milliards», se réjouit le ministre de l’Agri­culture. S’y ajoutent les 3 millions de paille d’arachide. «Si on valorise le kg de la paille d’arachide à 50 francs seulement, c’est 150 millions. Globalement, cette campagne agricole peut générer au moins 600 milliards», a dit Moussa Baldé. Il a néanmoins omis de préciser que toute la production de l’arachide n’est pas commercialisée. Il y a une bonne partie qui est conservée pour servir de semences lors des prochaines cultures. Et il y a une très importante partie qui sert à la consommation des ménages. Ce qui fait, en se basant sur les données des années précédentes, que c’est le tiers de la production qui est commercialisée bon an mal an. Ce qui fait que les données chiffrées sont, à tout le moins, exagérées.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here