PARTAGER

Il fallait se donner bonne conscience. Pour le 21ème et dernier jour de campagne électorale, les candidats à la Présidentielle du 24 février se sont lancés dans la forte mobilisation. Certes ces rassemblements ne constituent pas un baromètre crédible pour avoir une idée du verdict de dimanche, mais il fallait terminer en beauté et se positionner aux yeux de l’opinion. Et convaincre les derniers électeurs indécis. Sur le petit écran, Madické Niang, Macky Sall, Issa Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko ont rivalisé en mobilisation humaine. Sans surprise, le Président sortant était au-dessus du lot. En sillonnant les quartiers de Grand-Yoff, Jet D’eau, Médina et Yoff, agrémentés par un bain de foule au stade Léopold Sédar Senghor, Macky Sall a clos son opération stade plein.
Au même moment, Ousmane Sonko faisait aussi le plein au stade Alassane Djigo de Pikine où il était jeudi. D’ailleurs, le candidat de la coalition Sonko Président a raillé la «mobilisation Ndiaga Ndiaye» du candidat de Benno bokk yaakaar. Dakar, c’était le lieu de convergence des candidats.
Madické Niang aussi, au même lieu, a lancé ses dernières armes de séduction au public pikinois avec des promesses. Et le voilà qui s’estime déjà élu.
A Rufisque, Issa Sall a baigné dans l’ambiance proche d’une liesse populaire. Une «Pur» mobilisation qui s’est poursuivie dans les Allées du Centenaire.
La caravane Orange de Idrissa Seck ne pouvait pas être en reste. Dans la capitale, toujours emmitouflé de son kaftan blanc, il s’est érigé en «messager» devant les étudiants de l’Ucad. En gros, les programmes ont été étalés, les quolibets lancés de part et d’autre. La campagne, émaillée d’une dizaine de morts, s’est clôturée. Désormais, le dernier mot revient au Peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here