PARTAGER

Progression constante de la production rizicole dans la vallée du fleuve Sénégal. De 430 972 tonnes en 2014, à 438 337 tonnes en 2015, les récoltes rizicoles dans cette partie nord du Sénégal sont passées à 472 mille tonnes en 2016, avec 69 015 ha d’emblavures, a indiqué Siny Ndao. Ce qui, aux yeux du directeur général adjoint de la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du Delta (Saed), augure de bonnes perspectives, quant à l’atteinte des objectifs d’autosuffisance en riz. Dans le cadre du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar), il est attendu de la vallée du fleuve Sénégal, une part contributive de 57% à l’objectif national qui est fixé à 1 million 600 mille tonnes de paddy à l’horizon 2017. Ces performances ont permis aux producteurs de riz, selon le Dga de la Saed, de réaliser un chiffre d’affaires de près de 60 milliards de francs Cfa. S’agissant des cultures de diversification, la Saed relève une production de 117 mille 771 tonnes d’oignon en 2016. En ce qui concerne la tomate, elle a cependant, connu un net recul, dans la mesure où pour cette filière qui était, il y a encore quelques années, l’une des mamelles de l’économie locale dans la vallée, la production n’a été que de 31 mille 817 tonnes. Ces résultats sont, de l’avis de Siny Ndao, le fruit des nombreux efforts consentis par le gouvernement à travers, notamment ses actions sur la base productive. En effet au plan technique, l’année agricole 2016 s’est déroulée dans la dynamique de mise en œuvre des activités, inscrites au titre de la 11e Lettre de mission (Lm11) et du Programme national d’autosuffisance en riz. Dans ce sens, il a expliqué qu’en ce qui concerne les infrastructures hydro-agricoles, 10 296 ha ont été aménagés, dont 3 386 ha de nouveaux périmètres, 794 ha de périmètres réhabilités et 5 216 ha réfectionnés. Avec le Programme de relance et d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas), une superficie de 10 574 ha a été nouvellement aménagée. 19 885 ha de périmètres exploités jusque-là dans des conditions difficiles ont été réfectionnés et 3 391 ha de périmètres dégradés entièrement, réhabilités ; compte non tenu des 3 739 autres ha dont la réhabilitation a déjà démarré. A ces superficies, le Dga de la Saed ajoute l’entretien, en 2016, de 1 312 ha de périmètres non transférés, afin de permettre aux ayants droit d’aller en campagne dans les meilleures conditions. Dans le même domaine, Siny Ndao a mentionné la réalisation de 68 km de pistes rurales et l’installation d’équipements électriques pour huit grandes stations de pompage. En outre, souligne-t-il, la poursuite des travaux de maintenance des adducteurs et des émissaires de drainage a permis de conduire une gestion optimisée des axes hydrauliques et de sécuriser l’irrigation des périmètres hydro-agricoles, malgré la présence récurrente d’un certain nombre de plantes aquatiques dont le Typha en particulier. Concernant les équipements, M. Ndao a fait état de l’acquisition de 178 tracteurs et accessoires, de 50 moissonneuses-batteuses, de 65 batteuses et de 1000 Gmp subventionnés à hauteur de 60% par l’Etat. Capacité de stockage renforcée de 64 336 tonnes La capacité de stockage au niveau de la vallée, qui était jusqu’à récemment de 74 950 tonnes, a été renforcée de 64 336 tonnes additionnelles, grâce entre autres, à la construction de 102 magasins dont 36 acquis dans le cadre du Pracas, compte non tenu de l’installation de 110 tentes bâchées pour faire face, provisoirement, aux besoins de stockage des saisons sèches chaudes. Ce qui fait qu’à la date d’aujourd’hui, la vallée du fleuve Sénégal dispose d’une capacité de stockage de 139 286 tonnes. Pour le segment de la transformation, la vallée compte 36 rizeries d’une capacité annuelle de 469 498 tonnes avec des équipements standards de dernière génération, aptes à produire du riz blanc d’une qualité irréprochable grâce à une forte implication du secteur privé. cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here