PARTAGER

Face à la presse hier, le sélectionneur des Lions a livré une pré-liste de 25 joueurs en vue de la Can égyptienne. Un rendez-vous que Aliou Cissé compte aborder avec prudence malgré la qualité de son groupe et le statut du Sénégal, première Nation africaine.

Liste des 25
«J’ai pris une liste de 25 joueurs parce premièrement il y a des joueurs comme Sadio Mané qui joue la finale de la Ligue des champions. Alfred Ndiaye a un match le 17 juin. Ces sont deux joueurs qui vont rejoindre le groupe avec du retard. La deuxième raison, c’est l’expérience de la Coupe du monde. Malgré qu’on donne des programmes d’entraînement aux réservistes, on s’est rendu compte qu’il était difficile d’intégrer un joueur quand il n’est pas là au départ. Le fait d’avoir 25 joueurs nous permet aussi de faire des oppositions à onze contre onze. Aujourd’hui, je crois qu’on a plus intérêt à privilégier l’aspect collectif qu’individuel.»

Statut de favori
«Ces dernières années, j’ai entendu beaucoup de gens dire que le Sénégal est favori. J’ai envie de dire que ce sont nos adversaires qui disent cela, parce qu’ils ont envie d’avancer tout doucement pour qu’on ne les cite pas parmi les favoris. Nous n’avons rien gagné. Pour être favori, il faut gagner. Si on doit citer des noms, je pense qu’il faut penser à l’Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et tant d’autres équipes qui ont gagné quelque chose. C’est vrai qu’avec le classement Fifa, on est en tête depuis trois années, mais les exemples ne manquent pas sur le fait d’être favori et de ne pas répondre aux attentes. Le Cameroun, lors de la dernière Can, n’a jamais été considéré comme un favori. Ce fût la même chose lorsque la Côte d’Ivoire a gagné la Can, même chose avec la Zambie. Ces équipes n’étaient pas numéro 1 sur le plan africain. La France a gagné la Coupe du monde sans être numéro 1. Naturellement, on espère tous que la victoire sera là, mais l’espoir seulement ne suffira pas pour gagner la Coupe d’Afrique. Pour moi, la presse met parfois une pression inutile à l’équipe en la considérant comme favorite. Nous sommes de vrais challengers. Ce n’est pas le talent qui fait de nous des favoris parce que seul le talent ne suffira pas. Il y a eu une pléthore de talents dans cette équipe, on est en progrès. On passe souvent le premier tour de la Can, mais depuis on s’arrête aux quarts. L’esprit de la gagne qu’on est en train de mettre dans cette équipe sera un atout très important pour remporter cette Coupe d’Afri­que. La force de cette équipe, c’est sa mentalité, son état d’esprit de gagner. Quand on sera en demi-finale de la Can, on pourra parler de favori. Mais nous sommes optimistes.»

Retour de Ciss et Saivet
«Pour le cas de Saliou Ciss, c’est parce que c’est un poste qui est ouvert. On a essayé beaucoup de jeunes à ce poste d’arrière gauche. Abdalah Ndour revient de blessure. On avait Adama Mbengue qui a bien commencé avec Caen, mais a finalement disparu du groupe de performance. Un garçon comme Racine Coly, depuis son retour de blessure en octobre, n’a pas disputé beaucoup de matchs. On a même essayé Djibril Diaw à ce poste. C’est un garçon qui, ces dernières années, a plus joué dans l’axe que comme arrière latéral gauche. Saliou (Ciss) connaît la maison. Il est là depuis un certain temps. Il a été avec nous durant la Coupe du monde. C’est sa blessure qui l’a éloigné de ce groupe. Aujourd’hui, il revient parce qu’il s’est donné les moyens de retrouver du temps de jeu à Valenciennes où il a enchaîné les performances. C’est un pur gaucher et dans ma philosophie, c’est de faire jouer un gaucher à gauche et un droitier à droite.
Pour Henri Saivet, c’est un garçon qui connaît aussi bien la maison. C’est son manque de temps de jeu qui l’avait éloigné de l’Equipe nationale. Depuis l’année dernière, il a retrouvé du temps de jeu avec son club en Turquie. C’est un garçon qui est très important dans notre animation offensive. A lui de prouver avec son expérience qu’il est capable de faire partie de la liste des 23.»

Sadio en pointe
«Sadio Mané fait partie de ces joueurs qui sont capables de jouer à gauche, à droite et dans l’axe. Maintenant, s’il a joué en pointe à un moment donné avec Liverpool, c’est parce que Firmino était blessé. Sinon, Sadio joue souvent à gauche. Bien évidemment, s’il nous manque un attaquant, on peut décider de le mettre en tant que numéro 9. Personnellement, je souhaite le faire jouer à son poste de prédilection qui est excentré gauche. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour lui souhaiter bonne chance par rapport à la finale de Ligue des champions demain (ce soir). Je vais d’ailleurs y aller pour le soutenir. C’est un garçon qui a beaucoup joué ces trois dernières années. On lui laissera quelques jours de repos.»

Problème face au bloc bas
«Le bloc bas demande de la patience. Pour y arriver, il faut le contourner par des exploits individuels, avoir un collectif assez fort. Mais on n’est pas obligé d’être en possession pour entrer dans ce bloc bas. On peut parfois jouer en vertical, jouer sur les deuxièmes ballons en essayant de percer ces défenses. Nos adversaires savent que quand on laisse de l’espace à cette Equipe du Sénégal, elle devient efficace. Et les équipes adverses ne nous laissent pas cet espace. Masi je crois que notre équipe arrive à maturité.»

Un seul amical
«On a décidé de commencer les matchs amicaux par une équipe de 4e ou 5e division espagnole. Nos joueurs auront déjà une dizaine de jours d’arrêt. Certains même plus que ça. On veut reprendre progressivement. C’est un choix personnel de ne jouer qu’un seul match amical contre le Nigeria. Il faut comprendre que l’ossature du groupe est là depuis quelque temps. Les automatismes commencent à prendre forme. On va miser sur la fraîcheur. C’est mieux que ces nombreux matchs de préparation qui nous exposent à des blessures.»

Mission de prospection
«Je suis allé à Ismaïlia dans l’hôte où séjourneront la Guinée Bissau et le Ghana. C’est là où on va jouer notre match amical contre le Nigeria. On sera sur place le 14 juin pour s’entraîner le lendemain. Et le 16, ce sera le match contre le Nigeria. Ceux qui n’auront pas eu beaucoup de temps de jeu feront une opposition le lendemain. On est allé au Caire à notre hôtel. C’est un hôtel militaire, je vous avertis tout de suite, l’accès ne sera pas facile. Mais comme je l’ai dit, nous avons discuté pour trouver la meilleure formule avec l’Association nationale de la presse pour que chacun puisse faire correctement son travail. Nous sommes tous des Sénégalais et on a envie d’aller au bout de cette compétition. Unissons les forces, les cœurs, les expertises et avançons pour aller gagner cette compétition !»
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here