PARTAGER

Le vendredi 19 juillet dernier, l’Algérie a remporté la Can 2019 devant le Sénégal (1-0). La finale a basculé dès les premières minutes de jeu, lorsque Salif Sané, le défenseur sénégalais, a dévié le tir de l’attaquant algérien, Baghdad Bounedjah. Le ballon a ensuite lobé le portier sénégalais, Alfred Gomis, qui fut surpris par la trajectoire de la balle. La finale s’est ensuite déroulée sur un faux rythme, où les Algériens ont beaucoup défendu face à des Lions déterminés. Sadio Mané a été héroïque durant toute la rencontre, mais il ne parviendra jamais à inscrire le but égalisateur.
Après la finale, Salif Sané, qui a détourné le tir de Bounedjah, était effondré. La douleur de la défaite passée, le puissant défenseur de Schalke 04 s’est confié à un média français rapporté par Afrique sport.
«Avec un peu de recul, j’arrive à gérer, mais c’est vrai que lorsque l’arbitre a mis un terme à la finale, le monde s’est écroulé autour de moi. J’ai un sentiment de culpabilité sur le but de Bounedjah», a-t-il regretté. Avant de révéler : «La veille de la finale j’ai eu un très mauvais pressentiment. J’avais les jambes lourdes et je n’arrivais pas à trouver le sommeil. Quand j’ai réussi à fermer l’œil, je me suis réveillé en sursaut car j’ai eu un flash, je me voyais en train de pleurer seul au niveau du rond central d’un terrain de football. Bien évidemment, je n’ai rien dit à personne et j’ai fait abstraction de ce mauvais songe pour donner le meilleur de moi-même. Malheureusement, les dieux du football n’étaient pas à nos côtés», confie Salif Sané
Avec wiwsport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here