PARTAGER

La gratuité des soins du cancer du sein et du col de l’utérus est officielle depuis le 1er octobre. Et ça a provoqué un changement de comportements. «Depuis que les femmes ont appris la gratuité des soins, le nombre de dépistages n’a cessé de croître», avance Dr Fatou­mata Guenome. Elle poursuit : «Au niveau de la Lisca, nous n’avons pas reçu des informations faisant état d’un quelconque problème sur la gratuité des soins. Et si un tel problème se posait, la Lisca fera un plaidoyer auprès des autorités afin de trouver une solution.» En attendant, trois machines de chimiothérapie sont fonctionnelles à Dalal Jamm, une à Le Dantec et une autre dans le privé. Néan­moins, elle insiste sur l’importance du dépistage, car «si elles ont un cancer de la taille d’un centimètre, elles n’ont pas besoin de chimio», a-elle rassuré.
Depuis le début d’«Octobre rose» qui touche à sa fin, plus de 1 700 femmes ont été dépistées, mê­me si l’objectif est de 2 000 d’ici la fin de la campagne dans 96h.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here