PARTAGER

Il a une âme socialiste. Le candidat de Osez l’avenir en Europe du nord, du centre et de l’ouest embrasse la politique en 2000, dit-il, par le truchement de son oncle et homonyme feu Doro Sy, qui fut militant au sein du Ps. Son appartenance à ce parti n’a jamais varié parce que «toute sa culture politique s’est faite au sein de ce parti dont les valeurs de socialisme démocratique ont été incarnées par les Présidents Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia et Lamine Guèye». Cette page semble tournée, et il a choisi d’«Osez l’avenir» avec Me Aïssata Tall Sall pour «accélérer la démocratie et la mise en place d’un projet alternatif crédible au sein du Ps» encore sous le contrôle de Tanor. Ancien porte-parole du Ps, Doro Sy avait souvent réclamé le départ de Ousmane Tanor Dieng qui était aux prises avec Aïssata Tall Sall pour le contrôle du secrétariat général du parti. «Et c’est naturellement que j’ai accompagné Me Tall dans cette belle aventure qu’est la mise en place du mouvement Osez l’avenir», souligne-t-il.
Père de 2 enfants, M. Sy est arrivé en France en 1985 où il a suivi «des études en Sciences politiques et en Informatique» et a acquis «une expérience professionnelle dans le domaine du Télémarketing, de l’Assurance maladie». L’«oreille» du maire de Podor en France, comme le qualifient certains, va alors intégrer Electricité de France où il est le chargé d’affaires. Depuis plus de 20 ans, il est «témoin» du changement de statut des Sénégalais de France. Il dit : «La diaspora sénégalaise participe pleinement au développement de la France. A l’origine, les Sénégalais étaient surtout orientés dans le secteur de l’automobile, la restauration et le bâtiment. Mais depuis, la dernière génération, beaucoup plus formée, investit les secteurs les plus pointus.» Parole d’un homme qui a fait 30 hivernages dans ce pays.
Il entend rompre avec «la passivité de cette Assemblée sur les questions d’ordre économique et de sécurité nationale». Le candidat d’Osez l’avenir en France est convaincu que «seule» sa liste est à même de le réaliser. Mais plus précisément, le chargé des affaires à Electricité de France (Edf) veut que la diaspora soit mieux entendue par les décideurs politiques. «Nous veillerons à ce que chaque acte posé par l’Exécutif  intègre la dimension globale de la Nation et en particulier de la diaspora», promet celui qui s’investit «dans le domaine associatif et humanitaire, notamment par de l’accompagnement dans des projets de développement de base». Il aura, avec les deux autres titulaires d’Osez l’avenir, Aïchatou Anne et Brahim Camara, ancien secrétaire général du Ps en France, l’énorme tâche de rafler les 3 sièges du vaste département «Europe du nord, du centre et de l’ouest».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here