PARTAGER

En campagne à Tambacounda, Me Augustin Senghor et Louis Lamotte, candidats à la présidence de la Fédération sénégalaise de football, ont rencontré, respectivement le vendredi et samedi, les présidents et autres responsables de clubs a Tamba.
Actualité oblige, l’actuel président de l’Instance fédérale et l’ancien président de la Ligue Pro ont réagi au sujet de la suspension de l’Us Ouakam de toutes compétitions pendant 7 ans suite au drame de Demba Diop.
Pour Me Senghor, «c’est le prix à payer, si on veut vraiment rétablir la tranquillité dans nos stades». Selon lui, la commission chargée de statuer sur la question est libre et autonome et, elle a, en toute responsabilité, pense-t-il, pris la décision qui sied. Me Senghor est formel. La violence d’où qu’elle puisse provenir, ne sera pas tolérée dans les stades. Toute équipe ou tout club qui s’y lance recevra la sanction qu’il ou elle mérite.
Cependant, précise-t-il, la commission a pris son temps en écoutant toutes les parties, en examinant tous les rapports, pour pouvoir prendre la bonne décision. Aujourd’hui, estime-t-il, c’est chose faite, et il faut la respecter. Seulement, clarifie Senghor, l’Us Ouakam peut, si elle le désire, interjeter appel.
Pour Louis Lamotte, ce serait injuste qu’on s’en arrête là. Il y a des responsabilités à rechercher, pense-t-il. Le enquêtes en cours qui sont menées par le Parquet doivent aboutir et que les responsabilités soient situées et des mesures prises, exhorte-t-il. «Que tous ceux qui ont été identifiés et qui, directement ou indirectement, ont pris part aux faits qui ont abouti au drame soient sanctionnés. Il faut dans ce cas précis, de la justice pleine et entière sans cruauté inutile», a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here