PARTAGER

L’accession du Président Macky Sall à la Magistrature suprême du Sénégal le 25 mars 2012 a été marquée par la réalisation d’un score rarement égalé dans une démocratie. Ce choix, plus que tout, répond à la forte aspiration du Peuple sénégalais au changement marqué par une nouvelle vision et une nouvelle démarche politique en vue de notre émergence économique.
Le Peuple sénégalais exige de son élite qu’elle fasse la politique autrement.
Le Sénégal doit, même dans la douleur, entrer dans une vraie ère de changement qui se départit des pratiques de politique politicienne au profit de la compétence au service de l’intérêt général. Pour cela, le renouvellement du personnel politique constitue le meilleur moyen de promouvoir de nouvelles idées et de nouvelles méthodes. La vieille garde politique nous a habitués à une tortuosité qui a fini de détourner bon nombre de nos concitoyens de la chose politique ; d’où l’urgence de présenter au Peuple de nouveaux interlocuteurs, porteurs d’un nouveau discours et des pratiques nouvelles aptes à restaurer la confiance.
A l’image du Pse, un projet politique doit être sous-tendu par une vision. Toutefois, une vision politique ne vaut que par les choix opérationnels d’un leader avisé et déterminé à surpasser les préjugés et obstructions qui se dressent sur son chemin. L’ère des messies est révolue et le leadership politique doit désormais s’exercer dans une inclusion parfaite qui permet de potentialiser les intelligences et les compétences pour servir les populations de façon efficiente. Nous sommes tentés de rappeler que le groupe est toujours plus intelligent que le plus intelligent du groupe, en bien comme en mal. Cette nouvelle vision politique doit conduire à une autre démarche portée vers le développement ou le leader doit promouvoir la politique économique et sociale du chef de l’Etat et la traduire en actes concrets et perceptibles par la population. Pour ce faire, une révision de notre concept de parti politique et de coalition politique s’impose.
Sans remettre en cause l’acquis démocratique de la liberté de création d’un parti politique, le législateur a le devoir de l’encadrer pour éviter cette prolifération dont la majorité existe en marge des lois et règlements régissant la vie et le fonctionnement des partis politiques. Toujours cachés dans de vastes coalitions pour aller à la quête des suffrages populaires, ces partis satellites brouillent le jeu politique et ne sont en réalité que des moyens de pression sans aucune représentativité.
Quant à notre société civile nationale dite apolitique, ses missions doivent être redéfinies, car elle ne peut être juge et partie dans le jeu politique, au point d’y détenir des mandats. Le rôle de la société civile doit être d’observer, d’alerter, de dénoncer, de proposer et d’être un facilitateur pour l’instauration d’un dialogue sincère et constructif pour la consolidation des acquis démocratiques.
Au sortir des élections législatives du 31 juillet 2017, sanctionnées par la victoire de la coalition Bby, il me paraît nécessaire, au-delà des chiffres, de faire une analyse lucide des résultats afin d’en tirer les enseignements pour mieux préparer les prochaines élections. Cette analyse devra tenir compte de l’enjeu double du scrutin qui était à la fois local et national. Il me semble assez simpliste de verser systématiquement tout l’électorat non Bby dans l’opposition, car les critères de choix de l’électeur étaient tantôt affectifs ou cultuels, tantôt culturels ou politiques. Tous les acteurs de la mouvance présidentielle doivent accueillir cette victoire avec humilité et réfléchir aux voies et moyens pour augmenter le potentiel électoral du président de la République en vue de sa réélection en 2019 dès le premier tour. Une bonne identification des cibles à conquérir permettrait de rationaliser les efforts et d’affûter la meilleure stratégie d’occupation du terrain politique pour la collecte d’un maximum de suffrages. L’élection présidentielle étant un rendez-vous d’un homme avec son Peuple, le bilan du Président Macky Sall et ses belles perspectives pour le Sénégal doivent sous-tendre les discours afin que nul n’en ignore.
Toutefois, à côté du bilan, les leaders de la coalition présidentielle doivent descendre de leur piédestal et se rendre disponibles pour les populations afin d’être au contact des difficultés quotidiennes pour y apporter des solutions. Ils doivent descendre à la base pour écouter, encadrer et accompagner les populations par le renforcement de leurs capacités et leur formation aux divers métiers facilement assimilables et capables d’impacter immédiatement et durablement leurs conditions de vie.
Les appareils politiques classiques, avec leurs vieilles méthodes, ont atteint leurs limites et il me paraît nécessaire, pour capter le maximum d’adhésion à la politique du président de la République, de mettre sur pied des réceptacles capables de cristalliser à la fois toutes les frustrations, toutes les envies et toutes les ambitions d’accompagner le Président Macky Sall en vue de placer le Sénégal sur la voie de l’émergence :
Toutes les frustrations de tous ceux qui ont été déçus par les pratiques de politique politicienne sans projets structurants, ni débats constructifs, tous ceux qui avaient été dégoûtés par cette manière de pratiquer où l’invective, les injures et la terreur de l’argent sont érigés en système !
Toutes les envies de beaucoup de nos compatriotes qui adhèrent à la politique économique et sociale du Président Macky Sall et qui avaient peur d’intégrer les structures politiques classiques, théâtres de pratiques malsaines commanditées par une volonté farouche de positionnement pour des intérêts crypto personnels sans réelle ambition ni pour sa ville ni pour son pays !
Toutes les ambitions d’un Sénégal émergent, où la politique devient réellement l’instrument de conception et de mise en œuvre d’actions en faveur du développement économique et social du Sénégal !
Partout dans les contrées les plus reculées, de jour comme de nuit, le bilan du président de la République, notamment la Cmu, la carte d’égalité de chances, les bourses familiales, les réalisations de pistes de désenclavement et l’hydraulique rurale dans le cadre du Pudc ainsi que la transition énergétique en cours doivent être mieux vulgarisées. Sans être exhaustif, voilà des réalisations phare qui im­pactent tous les jours de façon positive et durable la qualité de vie de millions de nos compatriotes.
Nous constatons pour le déplorer une faillite du discours politique qui appelle une nouvelle approche de la communication politique qui reconnaît les difficultés tout en promouvant les bonnes actions et les belles réalisations.
A la place des querelles stériles, les groupes politiques doivent investir les champs du développement économique et social par le renforcement des capacités et l’encadrement des populations autour de projets structurants aptes à prendre en charge durablement leurs préoccupations légitimes au mieux-être.
Dans cette perspective, le meilleur service que chaque acteur politique de la mouvance présidentielle pourrait rendre au chef de l’Etat serait d’enterrer les animosités et les querelles de personnes afin de travailler dans la complémentarité et en parfaite intelligence pour mutualiser les possibilités et continuer de convaincre nos concitoyens de la pertinence des choix économiques et sociaux du Président Macky Sall pour l’émergence du Sénégal.
Les élections législatives, malgré les nombreux enseignements que nous en avons tirés, sont de toute évidence derrière nous.
L’exigence du moment est de faire cap sur la Présidentielle qui se profile devant nous. Et de par la spécificité d’une telle élection et les enjeux qu’elle requiert, nous ne devons pas nous autoriser à perdre la moindre parcelle de temps et devons engager sans délai la bataille d’occupation du terrain. Le temps qui nous sépare de ces joutes est très court et les enjeux énormes. Il est donc urgent de se remettre au travail pour éviter un relâchement aux conséquences imprévisibles.

Docteur Moustapha LO Responsable politique Membre du mouvement
Dolly Macky Louga
lomoustapha33@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here