PARTAGER

Mame Mbaye Niang était prévenu. Hann Bel Air est un bastion de l’opposition. Après l’attaque de son convoi à Grand-Yoff et à la Médina, le ministre de la Jeunesse n’a pas lésiné avec les moyens dans le recrutement de gros bras. Encagoulés, les hommes en muscles ont entouré le jeune Apériste lors de la caravane de Benno bokk yaakaar hier pour ne pas être pris au dépourvu. Après une heure de marche festive, les nerfs sont tendus lorsque la caravane de Bby croise celle du maire Afp de la commune, Babacar Mbengue, par ailleurs 7ème sur la liste départementale de Dakar de Manko taxawu senegaal. «C’est de la provocation», vocifère un partisan du maire. Le pugilat n’est pas loin. Les gros bras du ministre sont sommés de cultiver la paix. «Pas de violence», sermonne Mame Mbaye Niang à l’endroit de ses troupes qui ont dominé l’autre camp en termes de mobilisation.
Finalement, pour donner l’exemple, Mame Mbaye Niang quitte le haut de son véhicule pour se jeter dans les bras de Babacar Mbengue. La bise ne faiblit pas. «Nous ne sommes pas des ennemis, on doit cultiver la paix et que le meilleur gagne», souffle Mame Mbaye Niang à Babacar Mbengue, le ton jovial. «On est des responsables. La violence n’a pas sa place dans le champ politique. On doit montrer l’exemple», répond avec le sourire l’édile de Hann Bel Air. Ça, ce sont les politesses.
En cours de route, le ministre de la Jeunesse a raillé la faible mobilisation du maire de Hann Bel Air. «J’ai vu M. le maire être accompagné de 7 personnes. C’est trop léger pour espérer une victoire le 30 juillet», s’est-il moqué. «Ce que Bby fait, ce n’est pas de la mobilisation. Ils paient des gens qui ne sont même pas de Hann. Le 30 juillet, ils verront la surprise de leur vie. En tout cas, Manko taxawu senegaal est maitre dans cette commune et nous allons le démontrer le jour du vote», réplique M. Mbengue.
bgdiop@lequotidien.sn   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here