PARTAGER
Robert Sagna s’implique dans la résolution de la crise en Casamance.

L’émiettement du Mfdc ne favorise pas les discussions de paix dans le Sud. Certains combattants d’Atika, qui marchent pour l’unité du mouvement pour régler ce conflit trentenaire, veulent corriger cette anomalie. Dans ce cadre, ils ont rencontré, lors d‘un conclave à Mongone, le Grpc et les populations de la Zone des palmiers, une zone réputée de non-droit, pour décliner leurs ambitions de paix.

On touche  à la paix dans le département de Bignona. L’aile combattante du Mouvement démocratique des forces de Casamance (Mfdc) cherche à s’unifier pour aboutir au règlement du conflit casamançais notamment la préparation du processus de négociation avec le gouvernement et la signature d’un accord de paix définitif et inclusif. Dans ce sillage, les combattants du Mfdc du département de Bignona ont saisi le ministre d’Etat Robert Sagna, président du Grpc (Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance)  qu’ils jugent incontournable dans le règlement du conflit. Lors de la rencontre de Mongone, organisée ce samedi après celle des femmes Enan­co­rayes, les combattants du Mfdc, venus de plusieurs cantonnements du département de Bignona, ont réitéré à nouveau leur confiance à l’ensemble des membres du Grpc et exhorté du même coup les populations casamançaises à s’impliquer pour le règlement du conflit. D’ailleurs dans un communiqué conjoint, signé par Robert Sagna pour le Grpc, Pape Sékou Sonko président du Comité des sages et Nouha Diémé dit Assambane Commandant en chef du camp de Diakaye, les  populations locales se sont à leur tour  félicitées de l’initiative de cette rencontre compte tenu du contexte qui prévaut dans la sous-région et ont invité les combattants du Mfdc au dialogue, au dépôt des armes et à la réalisation de leur unité. Et quant au ministre d’Etat Robert Sagna, il a accepté l’appel qui lui a été lancé et a renouvelé son engagement permanent ainsi que celui des membres du Grpc dans le règlement définitif du conflit.
L’ex-ministre de l’Agriculture a en outre saisi cette opportunité pour rappeler à l’assistance la main tendue du Président Macky Sall pour un retour rapide de la paix en Casamance dans le dialogue et la conception. Pour Robert Sagna, le souhait du président de la République, dont l’option n’est pas une «option de guerre mais plutôt de paix, est de mettre fin à ce conflit qui n’a que trop duré, que les armes soient définitivement déposées et que tous les efforts soient consacrés au développement de la région». «Le Président Macky Sall a évité la guerre en Gambie et ne peut donc la recréer en Casamance, a ainsi, face aux enjeux de l’heure, marqué son accord pour travailler en synergie avec le Mfdc et les populations pour ramener la paix en Casamance.» Et après avoir salué l’engagement des combattants à éviter la violence comme moyen de revendication, le président du Grpc a insisté également sur la nécessité de l’unification du Mfdc et plaidé pour une bonne préparation des négociations de paix avec le gouvernement. Et sur ce point, le communiqué conjoint stipule que le Grpc à ce sujet, a esquissé un certain nombre de propositions qu’il présentera en temps opportun aux différentes parties.
Pour rappel, cette rencontre de Mongone a été initiée par les combattants du Mfdc du camp de Diakaye, situé dans le département de Bignona. Une rencontre rehaussée par la présence d’une  délégation des combattants du Mfdc conduite par Assambane Diémé commandant du camp de Diakaye, celle du Grpc, dirigée par son coordonnateur le ministre d’Etat Robert Sagna et des  populations locales représentées par des notables, des imams, les femmes et le représentant de l’édile de Djignaky.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here