PARTAGER

Le Conseil national des aînés, le Collectif régional des chefs de village et le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (Grpc) se sont réunis ce week-end à Ziguinchor pour apprécier la situation de paix en Casamance et décider d’œuvrer ensemble dans le cadre de la recherche et de la gestion de la paix dans cette partie du pays.


Regroupées au sein du Conseil national des aînés, une initiative du président de la République portée par le ministère de la Santé et de l’action sociale, et mise en place par le gouverneur de la région de Ziguinchor le 23 novembre 2018, les personnes du 3ème âge ont désormais une place de choix dans le cadre du processus de paix en Casamance. Un ticket validé par le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (Grpc) dirigé par le ministre d’Etat Robert Sagna. Et c’était dans le cadre d’une séance de travail organisée ce samedi à l’ancienne mairie de Ziguinchor et qui a regroupé toute l’équipe du Grpc et les membres du Conseil national des aînés et du Collectif régional des chefs de village. Le Conseil national des aînés, de l’avis de son président Mamadou Diatta, se veut une organisation faîtière de toutes les organisations regroupant les personnes âgées tant au niveau national que régional. «Il est indéniable que les personnes âgées constituent une frange importante de la population. C’est pourquoi nous voulons servir d’interlocuteurs entre le gouvernement, les Ong, les collectivités locales et territoriales surtout en ce qui concerne la question des personnes âgées», a-t-il soutenu. Et c’est d’ailleurs d’une telle posture que les personnes du 3ème âge réclame également toute leur place dans le cadre des négociations voire des contacts entre l’Etat, le Mfdc et le Grpc. «En tant fils de cette région, on se doit de s’impliquer dans tout ce qui se passe en Casamance, en bien comme en mal», a indiqué M. Diatta. Et c’est tout le sens, dit-il, de cette rencontre de clarification sollicitée avec le Grpc par rapport aux enjeux de la paix et des négociations entre l’Etat et le Mfdc. «Et nous sommes rassurés à l’issue de cette séance de travail riche en communication sur les tenants et aboutissants du processus de paix et sur les démarches du Grpc par rapport à cette dynamique», a-t-il déclaré face à la presse. Le natif de Thionck-Essyl a du coup manifesté la ferme volonté du Conseil national des aînés de s’adjoindre au Grpc pour poursuivre cette dynamique afin d’aboutir, dit-il, à cette paix tant souhaitée par tous les Sénégalais.
Interpellé à son tour sur l’objectif de ces assises, le ministre d’Etat Robert Sagna estime qu’il s’est agi pour eux de rassembler tout ce beau monde pour échanger sur les problèmes qui préoccupent les personnes du 3ème âge et qui concernent également la Casamance. «L’objectif principal est de faire donc le point sur la situation de la paix en Casamance, mais surtout d’analyser et de proposer des solutions qui peuvent conforter l’accalmie notée sur le terrain et accélérer le processus de paix», a-t-il indiqué. Pour le ministre d’Etat, il y a certes plus de guerre, mais il faut que la paix soit. «L’absence de guerre n’est pas nécessairement la paix, tout comme la paix n’est pas l’absence de guerre. Des éléments importants qui justifient cette rencontre avec les sages», avance-t-il. Et d’ajouter : «Beaucoup de sages disent qu’ils n’étaient pas informés de la situation réelle du conflit que nous vivons aujourd’hui, à savoir où en est le gouvernement, où en est le Mfdc, et où en sont les populations.» Autant de sujets qui ont fait l’objet, argue-t-il, d’échanges et de recommandations pratiques de la part des sages et qui ont permis, poursuit-il, d’améliorer la situation et surtout d’accélérer la dynamique. «Entre autres recommandations, les sages ont surtout émis le vœu de voir de telles assises organisées également à Kolda et à Sédhiou. Et nous avons donné notre accord, car le Grpc est prêt pour de telles rencontres», dixit Robert Sagna.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here