PARTAGER

Présentant les condoléances du chef de l’Etat et de la Nation sénégalaise, ce samedi, à la famille de feu Moustapha Ngom, tué par la foudre à Soumbédioune, la ministre de la Pêche et de l’économie maritime a sensibilisé les pêcheurs sur les comportements qu’ils doivent avoir en pleine mer, pour leur propre sécurité.

La ministre de la Pêche et de l’économie maritime a présenté ce samedi, à Cayar, les condoléances du Président Macky Sall et de toute la Nation sénégalaise, à la famille de feu Moustapha Ngom, décédé le samedi 7 septembre à Soumbédioune, en compagnie d’un de ses collègues pêcheurs. Aminata Mbengue Ndiaye a remis un million de F cfa à chaque famille et a promis d’aider la famille de Moustapha Ngom, propriétaire de la pirogue, pour bénéficier d’un moteur hors-bord, afin qu’elle puisse continuer l’activité de pêche. Aussi, elle a profité de la cérémonie de présentation de condoléances pour sensibiliser les pêcheurs sur certaines questions de sécurité pour régler l’épineux problème de la sécurité en mer. A en croire la ministre, les performances de la pêche posent la nécessité de mettre en œuvre des stratégies et mécanismes efficaces pour renforcer la sécurité des pêcheurs. A ce titre, il a sensibilisé les pêcheurs surtout ceux de «Guet Ndar» qui «font toujours le guerrier», qui refusent souvent de porter des gilets de sauvetage. Elle assène : «La vie est beaucoup plus importante que de se comporter en guerrier. Les pêcheurs doivent penser qu’ils sont d’abord et avant tout des soutiens de famille.» Elle ajoute : «Il y a beaucoup de choses qui se passent qu’on pouvait éviter. Ces pêcheurs ont été tués par la foudre. Et ce qui a attiré la foudre, ce sont les téléphones portables et les écouteurs utilisés en pleine mer.» Ainsi et d’appeler les responsables du secteur de la pêche à sensibiliser davantage les pêcheurs sur les dangers que ces technologies comportent dans leur outil de travail, mais aussi sur les comportements en mer pour prévenir les nombreux accidents. «Dans tous les quais de pêche il y a des drapeaux qui indiquent la situation météorologie. Il faut donc que les pêcheurs écoutent les médias pour connaitre la météo avant de sortir.» En guise d’exemple, il a cité le chavirement d’une pirogue près de l’Îlot Sarpan, lundi dernier, pour dire que «les victimes savaient que la mer était agitée».
Au-delà et répondant aux inquiétudes du coordonnateur du Comité local de la pêche artisanale (Clpa) de Cayar, El Hadji Moussa Kane, notamment sur la situation de la pêche mais également sur les récentes découvertes d’hydrocarbures qui vont impacter le 3e centre de pêche artisanal, la ministre de répondre : «Nous allons bientôt au niveau de Cayar cohabiter avec le pétrole et le gaz. Ça posera certainement des problèmes mais je pense qu’il n’y a pas de problèmes insolubles. Il faut que les gens s’asseyent pour discuter et trouver des mécanismes qui pourront leur permettre de dialoguer.» Elle rassure : «Il y aura un appui dans le domaine de la pêche. Le contenu local est en train d’être discuté. Le chef de l’Etat lui-même a eu à présider une réunion sur le contenu local. Il y a une loi qui a donc été votée sur ce contenu local. Il y a les décrets d’application. Tout cela permettra aux pêcheurs de pouvoir se retrouver dans ce qui va pouvoir être proposé.» Aussi Aminata Mbengue Ndiaye de renseigner que «nous avons même eu une réunion au niveau du ministère avec des structures qui font partie de celles qui vont exploiter le pétrole et le gaz. Nous leur avons dit que dans le cadre de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse), il doit être possible d’appuyer les acteurs de la pêche dans beaucoup de domaines pour qu’ils ne se sentent pas vraiment lésés par rapport à l’exploitation du gaz et du pétrole».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here