PARTAGER

«Ce 10 juin, la fête sera belle à Sorano ! Il y aura plein de surprises et de bonnes choses.» C‘est l’assurancee donné par  Joël Yrebe, le secrétaire général de la chorale Saint Pierre Julien Eymard de la paroisse Saint Joseph de Médina, en ce qui concerne la célébration, ce samedi, des 11 ans d’existence de ce chœur. Trouvé en pleine répétition avec sa troupe de choristes, ce dernier s’active pleinement avec les maîtres de chœur à rendre possible sa promesse. Il est 21h passées samedi dernier et les membres de cette chorale sont complètement en retrait dans une salle de l’école, contigüe à leur paroisse et qui porte le même nom que leur chorale : Saint Pierre Julien Eymard de Médina. Les membres de cette chorale se réunissent  chaque mercredi, samedi et dimanche et répètent leurs chants de 19h à 22h. C’est la même ambiance qui règne sur ces lieux, depuis qu’ils ont commencé à préparer leur concert en novembre 2016. Hommes et femmes, une cinquantaine environ, se réunissent tous les 3 jours, chaque  semaine et chantent à «la gloire du seigneur».
Aujourd’hui, la phase d’apprentissage dépassée, ils en sont au stade de perfectionnement. Mervel Koudjo, Guy Arnaud Koffi et Laddys Mbangu, les maitres de chœur trouvés sur les lieux, veillent scrupuleusement au respect du rythme, de la bonne technique de voix, et du bon tempo, non sans quelques difficultés, soutiennent-ils. Parfois des voix dissonantes s’élèvent, et les obligent à reprendre leurs cours portant ce soir sur le gospel : «Aller on reprend 1, 2 et 3 hop !»  Les élèves, munis de leur feuille de chant, reprennent sous sa houlette de leurs 3 maitres de chœur. Entre autres difficultés, ces derniers notent, la diversité de langues. La chorale est en effet,  majoritairement formée d’étudiants étrangers. «Nous retrouvons près de 15 nationalités : Sénégalais, Burkinabè, Ivoiriens, Béninois, Togolais, Camerounais, Congo­lais, Centrafricains, Gabonais, Capverdiens, Bissau-Gui­néens­,…» Toutes les nationalités s’y confondent et on y chante aussi bien, en bété, dioula (langue ivoirienne) qu’en swahili, ou en Pakalé, Fan, … «C’est parfois compliqué pour nous qui parlons lingala ou pour d’autres qui parlent wolof», confie l’un des maitres de chœur Laddys Mbangu, d’origine congolaise. Pourtant, pris sous un autre angle, cette difficulté se mue en un atout. «A travers le chant, on apprend aussi à aimer et à apprécier la culture de l’autre», confie ce maitre de chœur.

Offrir le métissage culturel
Lors du concert de ce 10 juin, la chorale Saint Pierre Julien Eymard compte bien mettre en exergue ce métissage culturel à travers différents chants africains qui seront joués dans la deuxième partie du concert. La première partie elle, sera consacrée aux chants classiques ; avec notamment une présentation repre­nant  la première partie du livre du Messie de Handler, et Mozart, un solo avec des chœurs et la troisième partie sera consacrée aux morceaux du tout nouveau cd de la chorale. «Quand on donnait nos concerts, c’était juste 2 à 3 morceaux de classique. Cette fois-ci, on va prendre 30 minutes. On  a mis l’accent sur le classique et on va travailler avec les musiciens de l’orchestre militaire, la Musique principale des forces armées… Nous allons jouer 3 morceaux de ce cd qui en porte 9 et qui a été composé par nos maîtres choristes. Nous allons jouer ces titres pour donner envie au public d’acheter le Cd», explique l’un des maitres de chœur.
A côté des chants, les choristes révèlent qu’il y aura pour l’anniversaire de cette année, des innovations majeures avec la partie réservée à la danse et les deux invités de marque qui rehausseront la fête de leur présence. «Nous avons invité Fulgence Gakou, le grand chantre qui, à travers ses con­certs, fait passer des messages et la chorale Saint Pierre Daniel Brottier.» Cette chorale, souligne Joël Yrebe, a un «potentiel remarquable. Parce qu’ils sont aussi constitués de plusieurs nationalités et sont connus à Dakar, pour la qualité de leurs chants gospels, classiques…». Nos interlocuteurs promettent en somme, beaucoup de surprises et soutiennent que pour leur prestation à Sorano, le public ne sera pas déçu. «Chaque année nous nous donnons corps et âme pour pouvoir faire plaisir au public qui nous soutient. Cette année, nous leur réservons beaucoup de choses. Chacun en aura pour ses goûts», disent-ils. Invitant toute la communauté chrétienne à se joindre à eux massivement pour louer le christ  et chanter à la gloire du Seigneur, la chorale Saint Pierre Julien Eymard de Médina donne rendez-vous ce samedi à 19h à Sorano. Ce sera 3h 30 en chœur et sans relâche !
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here