PARTAGER

Samedi dernier, la chorale Saint Pierre Julien Eymard a célébré ses 12 ans d’existence à travers un concert au Théâtre national Daniel Sorano. Ce lieu a vibré aux belles mélodies de cette chorale qui, aux côtés des chants africains et classiques, a innové cette année avec une comédie musicale racontant l’histoire de Joseph, le gouverneur d’Egypte. Un spectacle d’une heure qui a fait rire et voyager le public de Sorano au pays des pharaons.

Samedi dernier, Sorano s’est mué en un temple égyptien ! Le décor, les costumes, les faits et gestes, tout à Sorano rappelait l’Egypte, le pays des pharaons. Il ne manquait que le Nil pour raconter l’histoire du gouverneur d’Egypte, Joseph, et fêter le 12e anniversaire de la chorale Saint Pierre Julien Eymard.
Après une première partie consacrée aux chants chorales, la deuxième portait sur le récit de la vie de Joseph tel que rapporté dans la Bible. Concentré sur leur siège, le public a regardé les membres de la chorale Saint Pierre Julien Eymard interpréter comme de vrais professionnels, une comédie musicale sur la vie de ce prophète qui, à cause de l’amour considérable que lui portait son père Jacob, suscita la jalousie de ses demi-frères. Ces derniers le jetèrent un jour dans un puits avant de le vendre comme esclave à une caravane de marchands ismaélites. Mais grâce à ses dons d’interprétation des rêves, ce dernier déchiffre un jour un énigmatique rêve du pharaon qui le récompense en le nommant gouverneur d’Egypte. Plusieurs années passèrent et le rêve du pharaon qui présageait 7 années d’abondance, suivies de 7 années de famine se réalisait. Toutes les autres contrées autour de l’Egypte étaient frappées de disette, de famine, sauf l’Egypte qui, elle, avait su garder ses greniers pleins de vivres.
Frappé tout comme les autres par la disette, Jacob envoie ses fils à la recherche de graines. Ces derniers finiront par retrouver en Egypte leur frère Joseph qui les reconnut dès qu’il les vit. Ces derniers s’inclinèrent tous devant lui comme prosternaient dans son rêve les onze gerbes de champs devant la gerbe de blé.
Mêlant scènes comiques, parfois tristes et des intermèdes musicaux, les membres de la chorale Saint Pierre Julien Eymard ont gratifié le public d’un beau spectacle qui s’est clos par d’autres chants. Tous ont chanté à la gloire du Seigneur, Source de grâce et de bénédiction. Emporté par les magnifiques voix des choristes, le président de la chorale, Joël Yrebe, n’a pas pu se retenir d’esquisser quelques pas de danse.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here