PARTAGER

A l’occasion de la célébration de l’Aïd El Kabîr à Thiès, l’ancien ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, a rappelé que «le sens d’une fête ce n’est pas seulement que des célébrations individuelles, c’est aussi un mouvement collectif où tout le Peuple à l’unisson célèbre des vertus et des valeurs religieuses». Or, regrette-t-il, «dans ce pays il y a beaucoup de populations qui sont dans une souffrance extrême, qui sont oubliées de tous». TAS donne l’exemple des populations du Nord du pays : «Il y a des difficultés alimentaires atroces au point que des étrangers viennent apporter leur aide au moment où l’appui du gouvernement se fait attendre pour un petit milliard.» Il juge «la situation impensable», ce d’autant, explique le président du mouvement La République des valeurs (Rv), «le gouvernement nous avait promis l’autosuffisance en riz en 2017. On a mis beaucoup de moyens à cette fin mais l’échec est patent, parce que ces dits moyens ont été mal utilisés». Il déplore que pendant ce temps «les éleveurs vivent des conditions extrêmement difficiles. L’hivernage dernier ayant été difficile et cet hivernage également s’annonce encore plus difficile. Dans le département de Thiès, par exemple, beaucoup de pousses sont en train de s’assécher sous le soleil. Les éleveurs achètent le sac de foin à 8 mille francs Cfa, ce qui impacte le prix du mouton. Du coup, les Sénégalais avaient des difficultés pour acheter leur mouton. Les populations de manière générale souffrent de l’accès à l’eau». Il pense : «En ce moment, la mobilisation de tout l’Etat du Sénégal devrait être concentrée sur les conditions d’atténuation de ces souffrances-là.» Mais s’offusque M. Sall : «On observe en ce moment qu’à la présidence de la République, au moindre hameau du Sénégal, il y a des mallettes qui circulent dans le sens d’acheter la conscience et le vote des citoyens. (…) On voit une délégation de l’Apr-Médina qui a reçu 40 millions, une autre de Matam qui a reçu la même somme. A Paris également, on parle de 50 mille Euros qui circulent pour des militants frustrés.» Et de cracher : «Cette façon de faire de la politique est antinomique au développement économique et social et aux valeurs religieuses du pays. C’est une maladie congénitale pour le développement économique et social du Sénégal. Il n’y a aucun pays au monde où de telles pratiques ont permis de conduire au progrès.» Ainsi, Sall dira à l’attention de ses compatriotes : «(…) nous sommes tous acteurs de ce qui va plonger davantage le pays dans la misère et le sous-développement (…)». Il ajoute : «Nous attendions que la présidence de la République soit le lieu d’impulsion des plus nobles valeurs, de la mobilisation du pays pour le progrès, le combat contre la pauvreté, l’ignorance et les pénuries. Nous ne devrons pas accepter que la Présidence, les ministères et les sociétés nationales comme La Poste soient transformés en moyens immenses mis à la disposition d’un parti politique pour perpétuer son règne dans le pays.» L’ancien ministre de l’Energie déplore aussi que la présidence de la République soit transformée en siège de l’Apr.
nfniang@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. l’imprecision de vos « affirmations » me laisse un dubitatif !
    -autossufisance en riz et plus loin vous parlez de manque de pluie sur les 2 dernieres années ; vous ne voulez pas lier les deux .
    -vous ne nous dites pas si la production de riz a baissé ou augmenté.
    – pouvez vous nous jurer que pendant que vous siegiez au gouvernement vous ignoriez l’existence de ces valises bien pleines ?.on vous avez pas entendu vous en plaindre En ce temps là : pourquoi?
    Idy ,abdoul Mbaye toi meme ne pouvez pas vous poser en redresseurs de tort sans au prealable faire votre autocritique et avoir reconnu que vous avez ete acteurs majeurs dans cette situation que vous decrivez si bien
    pouvez vous ,par ailleurs nous expliquer comment vous avez pu vous tromper dans le choix de vos partenaires. je ne pense pas que vous et les autres anciens ministres et dirigeants de grandes entreprises nationales (vous avez ete les2) pouvez aujourd’hui pretendre nous convaincre que nous pouvons vous confier ce pays .
    c’est une chance inoui d’avoir l’honneur de participer au plus haut niveau au combat pour le devellopement de notre pays mais il faut le meriter et etre honnete avec le peuple en reconnaissant ses erreur et accepter de s’ autocritiquer devant lui pour esperer son pardon .c’est seulement à ce moment là que vous pourrez pretendre lui demander sa confiance.
    pour cela il faut beaucoup de courage .
    les rancoeurs ,les frustrations et les haines cuites et recuites entre anciens partenaires ne nous intterressent pas .
    il est vrai que Macky n’a pas reussi à devellopper le Senegal en 7 ans ,mais etes vous capable de le faire ? je ne crois pas que c’est dans le domaine du possible ni pour toi ni pour qui que ce soit dans ce monde.
    arreter de faire croire , sans le dire, que vous en etes capables
    et pour juger le bilan de Macky ,qui est aussi le votre , faites une evaluation precice ;
    -economique de 2012 -2017
    – production agricole de 2012 à maintenant
    -la sante ,l’education et tous les autres secteurs avec chiffres à l’appui au lieu de nous decrire une situation que nous connaissons mieux que vous parceque simplement nous la vivons au quotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here