PARTAGER

Les Progressistes sont convaincus que leur parti «pèse» toujours sur l’échiquier politique. Moustapha Niasse et ses camarades estiment que l’Appel du 16 juin 1999 a «changé le cours de l’histoire de notre pays».

Pour l’Alliance des forces de progrès (Afp), l’Appel du 16 juin a été l’«Acte fondateur qui a inspiré 18 ans de combat, au service du Sénégal et de l’intérêt général». Dans un communiqué, le parti de Moustapha Niasse revient sur le contenu, la portée et l’actualité de cet Appel qui, souligne-t-on, a «changé le cours de l’histoire de notre pays». «Moustapha Niasse s’était d’abord évertué à procéder à un diagnostic sans complaisance de la situation du Sénégal, en un moment où les maux, les dérives et les nuages s’accumulaient, suscitant interrogations, inquiétudes et angoisse. En explorant un présent douloureux, (il) ouvrait des pistes pour des perspectives d’avenir et des solutions, en convoquant le socle de l’éthique et des valeurs qui constituent les fondements de la Nation sénégalaise. Aucun secteur stratégique du pays ne fut épargné par la loupe critique du patriote indigné qui décida de faire face, quoi qu’il lui en coûtât», rappellent les Progressistes.
Ce discours du leader de l’Afp, selon ses partisans, «embrassa l’institutionnel, l’économie et le social, en dénonçant la mal gouvernance  et les choix douteux de politiques publiques inopérantes dont les conséquences étaient désastreuses, aussi bien dans la planification stratégique que dans des domaines aussi divers que le secteur agricole, la santé, l’éducation, la formation, la culture et l’emploi».
Pour eux, la portée retentissante de l’Appel du 16 juin 1999 s’explique par sa «capacité historique» à répondre aux attentes des populations sénégalaises à la croisée des chemins. C’est en cela que «cette date n’est pas seulement un repère dans le processus de sa création, mais elle participe de son identité», car «dans l’impossibilité de changer de pays, Moustapha Niasse prôna le ‘’Gouverner autrement pour changer le pays’’».
Et depuis, l’Afp a fait de cet Appel «son viatique, en prenant les décisions salutaires pour notre pays» dont sa contribution aux deux alternances du Sénégal indépendant, «en veillant à ce que l’intérêt général soit et reste la boussole des pouvoirs publics». Enfin, l’Afp considère l’Appel du 16 juin 1999 comme «un outil de résilience dont l’utilité a été mise en relief chaque fois que le parti a fait l’objet d’agressions de la part de lobbies et de groupes organisés». Bref, concluent Niasse et ses hommes, l’Afp «demeure un parti responsable qui pèse».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here