PARTAGER

Comme chaque année, la communauté chinoise vivant au Sénégal s’est encore réunie au Grand Théâtre pour célébrer le nouvel an chinois, autrement appelé fête du printemps. Venue de la Chine, la troupe de chant et de danse de l’Orient a offert un spectacle de haute facture, un mélange savamment orchestré de chants, de danses et d’air instrumental chinois et africain.


Ce vendredi soir, le Grand Théâtre s’était littéralement transformé en un Chinatown. La troupe de chant et de danse de l’Orient, venue spécialement de Chine pour la célébration du nouvel an chinois, autrement appelé la fête du printemps, a fait voyager son public en Chine en déroulant un spectacle riche en rythmes et couleurs. Dès le premier chapitre, les danseurs donnaient le tempo avec la chorégraphie Arc-en-ciel, suivie du chant Les vœux du bonheur, et d’une autre danse Ombre de bambous à la lune. Dans le second chapitre, la troupe séduisait davantage en proposant le spectacle intitulé Les liens de l’amitié et dans lequel la chanteuse Shen Yali reprenait avec brio Pata pata, titre phare de la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba. D’une voix grave, elle chantera encore Souko nayo dans un duo avec le Sénégalais Baba Maal, ou faisant ailleurs un solo de Mama Africa. Côté talent, l’instrumentiste Hou Yihan n’enviait en rien la chanteuse qui l’a précédé sur scène. Dans le dernier chapitre, la troupe de l’Orient proposait encore des chants (ma patrie et moi) et des danses (fleurs de jasmin, nouvel ère en mouvement) s’inspirant de la culture et de l’histoire de la Chine.
C’était ainsi, pour la troupe de chant et de danse de l’Orient de Chine et les autorités chinoises comme sénégalaises, une manière de fêter le nouvel an chinois tout en magnifiant les excellentes relations entre les deux pays. «En début de chaque année, on se réunit au Grand Théâtre national pour célébrer ensemble le nouvel an chinois avec le spectacle Bonne fête de printemps. C’est devenu un événement annuel très attendu à Dakar», note Son Excellence Xun Zhang.

La plus importante fête pour les Chinois
La fête du printemps est la plus importante fête pour les Chinois à travers le monde, explique l’ambassadeur de Chine au Sénégal. Célébrée depuis plus de 4 000 ans, elle marque le nouvel an et symbolise surtout le renouveau, l’espoir de lendemains meilleurs. Chaque année, parents et amis se réunissent pour communier dans la joie, échanger des cadeaux et des vœux. Et à l’occasion, les villes et villages changent de décor, renseigne-t-il. Mais au-delà du caractère festif, c’est surtout l’occasion de resserrer les liens amicaux, selon l’ambassadeur qui rappelle que cette année, la Chine a innové en faisant venir au Sénégal la troupe de chant et de danse de l’Orient, un des groupes artistiques chinois les plus prestigieux depuis 57 ans. «Cette innovation magnifie l’intensité des relations sino-sénégalaises qui ont stimulé le développement des deux pays et apporté davantage de bénéfices aux deux Peuples», soutient l’ambassadeur tout en rappelant les évènements qui ont marqué cette coopération en 2018. Entre autres, la visite au Sénégal du Président Xi Jinping, la co-présidence du Forum sur la coopération sino-africaine par le Sénégal et la Chine, l’inauguration du Musée des civilisations noires, don de la Chine, et la visite récente du conseiller d’Etat Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères. Tout comme le Président Macky Sall se félicite, dans une lettre adressée à l’ambassadeur de Chine pour le nouvel an, de cette excellente relation. La nouvelle année chinoise 2019 débutera précisément ce 5 février. Elle sera placée sous le signe du cochon, signe du zodiaque synonyme de richesse et de prospérité.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here