PARTAGER

30 ans ! Le hip-hop galsen a atteint l’âge de la maturité. Africulturban qui a entrepris avec des partenaires de célébrer cet anniversaire va au cours de cette année dérouler un programme alléchant. Outre la cérémonie de lancement de cette célébration, il est prévu des Semaines de hip-hop dans la région de Dakar, une exposition photos, une compétition de break-dance, de deejaying, 12 panels de discussion, un sommet mondial sur le hip-hop et 3 tournées internationales. Ces différentes manifestations sont câblées sous le slogan : 30 ans, 30 lieux pour 30 évènements.

1988-2018. Voilà 30 ans que le mouvement hip-hop galsen critique, revendique et apporte des solutions aux problèmes du Sénégal. Pour célébrer ces 30 années de participation à la vie culturelle et sociale, un important programme sera déroulé sur toute l’année. Ce ne sont pas moins de 200 mille spectateurs qui sont attendus sur 30 lieux pour 30 manifestations. Du graffiti en passant par la danse, sans oublier le deejaying et le rap, l’Association Africulturban ambitionne avec ses partenaires de conduire le processus «d’exportation du mouvement». Pour cela, Jotaayu hip-hop, un panel qui sera organisé chaque mois au Goethe institute, va tenter de montrer une autre facette du mouvement. La relation entre le hip-hop et la religion, le féminisme, la politique, les langues locales, la justice sociale, les prisons, les banlieues, la jeunesse et les conflits de générations seront scrutés sous la direction du rappeur Keyti. Celui-ci a précisé hier, lors de la conférence de presse marquant le début des festivités, que «célébrer les 30 ans ne veut pas uniquement dire faire la fête, mais il faut regarder ce qui marche et ce qui ne l’est pas pour pouvoir avancer».
Outre ces rencontres, il est aussi prévu une exposition photo. Qui va revisiter les moments forts du hip-hop galsen en s’appuyant sur des moments inédits avec des artistes. Toutes les disciplines sont concernées. Pour assurer une plus grande adhésion dans ce projet, Fatou Kandé Senghor informe que «toute personne ayant des archives et désireuse d’y participer est la bienvenue».  Toujours dans les programmes annoncés : le Mur du Sénégal donnera l’opportunité à 30 graffiteurs sénégalais de parcourir certaines contrées du pays pendant 11 mois et de montrer leur art. Des ateliers et conférences autour du graffiti et des lives painting sont également annoncés. Et pour les Dj, un concours avec comme lot à remporter : 1 million Cfa. Les organisateurs y attendent 32 Dj.

Labélisation des activités
Pour faire vibrer le rap au cours de cette célébration des 30 ans, il sera organisé la Nuit du hip-hop qui était le cadre d’expression par excellence des rappeurs. Le 10 février prochain, l’Institut français de Dakar va ainsi accueillir le mouvement galsen pour une soirée purement hip-hop.  Les Semaines du hip-hop de Guédiawaye, Pikine, Rufisque et Dakar et le Sommet mondial du hip-hop seront les évènements qui vont surtout drainer le plus de monde. Les slameurs seront aussi de la partie avec Le mois du slam. Et pour atteindre cet objectif d’organiser 30 manifestations dans 30 lieux différents afin de coller aux 30 ans, une approche de labélisation des manifestations hip-hop a été  retenue. Ainsi, le Festival international de hip-hop et des cultures urbaines (Festa2h), le concours de rap flow dont l’organisation a été exceptionnellement portée à 5 millions Cfa, le Urban women week et Urba­nation Bboy seront labélisés.

Aller à l’international
Si la majorité des actions à mener pour ces 30 ans est concentrée au Sénégal, il est aussi prévu des tournées à l’international. A cet effet, renseigne Malal Talla de Guédiawaye hip-hop, un des partenaires d’Afri­cul­­turban, «il est nécessaire d’exposer la dimension politique du rap galsen qui fait son charme» pour expliquer l’utilité du programme Galsen repezen tour. Qui va faire tourner des artistes dans les villes suivantes : Paris, Bruxelles, Berlin, Munich, Hambourg, Dortmund, Casa­blan­ca et Nouakchott. Con­cernant les artistes femmes, le Free voices tour leur donne l’opportunité de montrer leurs talents en Norvège, en Suisse, en Belgique, en Allemagne et en France pour une série de concerts. Ces spectacles seront accompagnés par une exposition de photos et de conférences sur la longue marche des femmes dans le hip-hop. Pour une fois, le Sud va proposer des leçons au Nord, ambitionne-t-on.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here