PARTAGER

Pour une meilleure prise en charge des diabétiques, le traitement médicamenteux ne suffit pas pour équilibrer la glycémie, le régime est la deuxième partie de la prise en charge. Il permet, en effet, au patient de mieux contrôler la glycémie et la maladie chronique et incurable qu’est le diabète. Le centre Philippe M. Senghor de santé de Yoff a formé et sensibilisé pour mieux vulgariser cette prise en charge de diabétiques.
«Nous menons des activités à savoir la sensibilisation des malades sur la diététique, c’est-à-dire leur alimentation. Cette dernière constitue une partie très importante dans la prise en charge des patients, elle est présente au début et la fin du traitement quel que soit le type de diabète ou le type de traitement, le patient diabétique est astreint à un régime», indique Lamine Sarr responsable de la clinique du centre de santé Philippe Maguilen Senghor.
Dans le cadre des activités de la Journée mondiale du diabète, des pharmaciens de la zone de Yoff et une centaine de patients ont été outillés et sensibilisés, ce mardi, en présence d’un expert en nutrition. La formation des cent trente personnes contribue à renforcer leurs connaissances en vue de mieux prendre en charge le diabète et atteindre leur équilibre en glycémie. L’objectif de la prise en charge du diabète étant d’équilibrer la glycémie, que ce soit dans le cadre du diabète de type 1 où le pancréas produit peu ou pas d’insuline ; le diabète de type 2 qui affecte la manière dont le corps régule le taux de sucre (glucose) dans le sang ; de même que dans les cas de pré-diabète dit trace, état caractérisé par une glycémie élevée, mais qui ne l’est pas suffisamment pour constituer un diabète de type 2. Et le diabète dit gestationnel, forme d’hyperglycémie touchant les femmes enceintes.
Pour ce faire, «il y a le traitement médicamenteux et le régime alimentaire. C’est la synergie des deux qui permet d’atteindre l’objectif final qui est l’équilibre à savoir l’équilibre de la glycémie», indique le responsable de la clinique.
La connaissance du diabète et sa prise en charge médicale seraient en constante évolution dans les structures de santés. «On dépiste de plus en plus et on prend en charge, ce qui évite la survenue de complications liées à ces maladies», renseigne M. Sarr.
En outre, «la discipline» conseillée aux diabétiques con­siste, entre autres, à la pratique du sport, l’hygiène vestimentaire et corporelle et un régime alimentaire classé en trois types d’aliments à savoir ceux permis, des aliments à mesurer et des aliments autorisés occasionnellement.
On note qu’au Sénégal, une enquête de l’Oms en date de 2011 révèle que les Mnt (Maladies non transmissibles) ont été la cause de 34% de décès. Quant aux facteurs de risque des Mnt majeures comme le diabète, il s’agit de l’obésité et du surpoids, sous-tendus par une alimentation déséquilibrée, riche en sucre et en graisses et par la sédentarité ; du tabagisme et de l’abus d’alcool.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here