PARTAGER

Malèye Ndoye : «On voulait jouer cette finale. Malheu­reusement, on s’arrête en demi. On est forcément déçu. On avait vraiment une chance de remporter cette coupe. C’est dur à avaler, mais c’est la loi du sport. On a tout donné, mais on est tombé sur une équipe nigériane assez solide. Ça a été très dur avec les fautes. En deuxième mi-temps, on n’a pas compris ce qui s’est passé avec les arbitres. Il y a trop de fautes sifflées. On a finalement perdu notre agressivité. On va jouer à fond le match de classement. Pour la suite de ma carrière, je crois que c’est fini pour ce qui est de l’Afrobasket, surtout que la prochaine, c’est dans quatre ans.»
Xan D’Almeida : «C’est difficile pour tout le monde. Les joueurs ont essayé de tout donner sur le terrain. Personne n’a triché. Il faut dire que côté arbitrage, il y a eu des décisions qui ont été contestées. C’est comme ça. On est déçu de ce qui s’est passé. Il faut rebondir. On a un match demain. Il faut au moins finir sur une bonne note.»
Moustapha Gaye, ex-coach des Lionnes : «C’est la dure réalité du tournoi. On était sérieusement la meilleure équipe. Aujourd’hui, le Nigeria a contrôlé le tempo du match. Le Nigeria a joué à son rythme. Je ne suis pas un mauvais perdant pour parler de l’arbitrage, mais ils ne nous ont pas aidés. C’est amer, c’est difficile. C’est ce que je ressens. C’est une grosse amertume. Il faut féliciter les joueurs, l’encadrement. On a fait rêver le public sénégalais. Malheureusement, le prochain Afrobasket, c’est dans quatre ans. Cette année, on avait tout pour gagner, mais le sport est cruel. Un match de basket est compliqué.»
Me Babacar Ndiaye, président Fédé basket : «C’est une grosse déception. C’est la loi du sport. On a tout mis pour aller au bout. Malheureusement, on perd comme en 2015 contre le Nigeria. Il faut dire que c’est dur pour tout le monde. Je ne vais pas me prononcer sur le volet technique, mais je crois que c’est la première fois qu’on encaisse 75 points dans un match. C’est surtout à ce niveau que les choses n’ont pas marché. Notre force, c’était la défense. Il faut reconnaître aussi que le Nigeria a très bien défendu.»
Les Lions boudent la presse
Les Lions n’ont pas voulu parler à la presse à la fin de la rencontre. Complètement abattus, ils ont filé directement dans les vestiaires, refusant de s’adresser aux journalistes. La déception était énorme. Certains comme Hamady Ndiaye étaient inconsolables. Seul Xan D’Almeida a accepté de s’adresser aux reporters venus couvrir l’évènement et postés en zone mixte. Même le sélectionneur n’est pas allé en conférence de presse d’après-match.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here