PARTAGER

Dame Diouf, coach des Lions : «Pas une question de revanche, mais fallait prendre la première place»
«On est qualifiés. L’essentiel était de gagner ce match et de prendre la première place. Ce n’état pas une question de revanche. On s’est battus pour cela. On a été solidaires. C’est une victoire collective. Nous remercions tous les gens qui nous ont soutenus. Les joueurs d’abord, qui se sont sacrifiés et se sont battus pour être libérés. Ils ont bien suivi les consignes du staff et ont laissé leur ego à part. Il y a aussi les efforts de la Fédération pour réunir tout ce monde en deux étapes. Le ministère des Sports nous a aussi accompagnés.»

Malèye Ndoye, capitaine des Lions : «Il n’y a pas 45 points d’écart entre nous et le Mali»
«Le plus important était de gagner ce tournoi. Nous l’avons réussi. C’était cela le plus important. On n’avait pas en tête de prendre une revanche. Quand tu prends 45 points dans un match, ce qui arrive rarement, tu ne peux pas les rattraper. Il n’y a pas 45 points d’écart entre nous et le Mali. Pour ce match, la fraicheur physique nous a fait défaut. J’étais Ko.  Xane également, Lamine aussi. Mais le coach ne voulait pas prendre de risque pour faire des rotations. Il fallait montrer que le Sénégal reste maitre de la sous-région, de la Zone 2, malgré qu’on n’avait pas la meilleure équipe du Sénégal.»

Lamine Sambe, meneur des Lions : «Un tournoi vécu avec le cœur»
«J’ai vécu ce tournoi avec le cœur. Le Peuple nous a soutenus. C’est vrai qu’il y avait la fatigue après deux semaines. Mais on n’y pense pas. On pense à jouer pour le Sénégal. On a eu de gros joueurs qui sont arrivés. Malèye, Xane, Moise et le niveau de Antoine ce soir (samedi). Aujourd’hui, c’est tout le Sénégal qui a gagné. Cela fait deux semaines qu’on est ensemble. On a appris à se connaitre. C’est le résultat de tout ce travail. En tous cas, à chaque fois que le Sénégal aura besoin de moi, je ferai tout pour venir jouer.»

Babacar Ndiaye, président de la Fédé  :,«Mener le projet de reconquête du titre dès la semaine prochaine»
«Nous sommes élus pour réaliser un objectif et nous allons continuer le travail. A la fin de notre mandat, on fera le bilan. Je ne polémiquerai avec personne. C’est une invite à la famille du basket. Je demande à la fédération de se consacrer à l’essentiel. Nous sommes à 100 jours du début de la préparation de l’Afrobasket. Ce projet de reconquête du titre africain sera mené dès la semaine prochaine. Au-delà d’une qualification à la prochaine Coupe du monde. Il fallait faire une mobilisation générale autour de l’équipe. Dieu merci, tout le monde l’a fait. Tout le monde a été positif. C’est le basket sénégalais qui a gagné.»

Matar Ba, ministre des Sports : «Quand on reçoit une gifle, il faut se battre pour la rendre»
«Je félicite l’ensemble du Peuple sénégalais et la détermination de notre équipe et de la fédération. Aujourd’hui, les joueurs ont fait l’essentiel. Ils ont joué trois matchs et ont eu trois victoires. C’était un combat. Nous tous savions qu’on était qualifiés, mais en sport, quand on reçoit une gifle, il faut se battre pour rendre cette gifle. C’est ce que les gosses ont fait. Cette belle organisation nous fait penser au prochain Afrobasket qui pourrait être ici. Je vous donne rendez-vous tout juste après la réception des clés du Dakar Arena, nous pourrons être candidat. Nous pouvons organiser une Can Séniors. Le Sénégal a besoin de ça, le Peuple sénégalais en a besoin et l’ensemble des sportifs attend ces grandes compétitions africaines à Dakar. Pour l’Afrobasket 2017, nous sommes engagés pour permettre à nos équipes d’être dans d’excellentes conditions de préparation et de participation. J’ai demandé au président d’engager les discussions avec le sélectionneur national. L’Etat sera là pour pouvoir l’accompagner pour qu’un contrat soit signé et qu’on commence dès à présent la préparation afin d’être au top avant l’Afrobasket.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here