PARTAGER

Modou Fall alias «Boy Djiné» et ses 12 co-accusés ont comparu devant la Chambre criminelle pour association de malfaiteurs, vol en réunion avec usage d’armes, faux et usage de faux dans un document privé et agression. Blanchi par ces co-accusés, Boy Djiné a été aussi absous par le Parquet qui a requis son acquittement. Cependant, il a requis des peines allant de 3 à 20 ans de travaux forcés contre ses acolytes. Ils seront situés sur leur sort le 2 juillet prochain.

Malgré les déboires, les condamnations et l’âge, Baye Modou Fall alias Boy Djiné n’a pas changé. Il était à la barre de la Chambre criminelle ainsi que 12 autres prévenus pour association de malfaiteurs, faux et usage faux, vol en réunion avec usage d’armes et de véhicules, détention illégale d’armes et agression et complicité, pour lesquels ils sont poursuivis. Vu le poids des accusations, Boy Djiné n’a pas changé de discours pour provoquer : «Les policiers m’ont arrêté pour régler des comptes avec moi. On avait un deal qui a éclaté et ils m’ont arrêté pour me faire du tort.» Il rappelle qu’on lui a décerné un faux mandat de dépôt. «Je devais être libéré, mais ils m’ont inculpé sur cette affaire de vol. C’est ainsi qu’on m’a amené au commissariat pour me demander si je connaissais El Hadj Ibrahima Niass, Mame Demba Diatta et autres. Mais je leur ai dit que je connaissais seulement Mame Demba Diatta avec qui j’ai partagé la prison.» Il a aussi nié avoir participé au cambriolage d’une maison appartenant à un Chinois. Cette fois-ci, il a été cru par le Parquet qui a requis l’acquittement à son encontre. «Au moment des faits, ma voiture Bmw X6 était au garage depuis 6 mois et le concessionnaire l’a confirmé», s’est-il dédouané. Son co-accusé Mame Demba Diatta, qui l’avait mouillé dans cette affaire, l’a blanchi finalement devant le juge d’instruction et au prétoire. «Je n’y suis pour rien», insiste-t-il. D’après le juge, le plaignant Lu Hii avait entendu du bruit et des cris venant de la chambre de son jeune frère vers les coups de 3 heures du matin. «C’est ainsi, dit-il, qu’il a pris son arme à feu pour tirer sur la silhouette qu’il avait aperçue et qui tentait d’étrangler son frère avec un oreiller.» Arrêté, Mame Demba Diatta avait déclaré que lors de ce cambriolage, il était en compagnie de Mamadou Lamine Diallo et de Baye Modou Fall. C’est devant le juge d’instruction qu’il a cité le nom de Moussa sans autre précision. Il avait informé avoir participé à 4 cambriolages en compagnie de son frère. Ce qu’il a formellement contesté hier devant la barre.
Ces évènements remontent à la nuit du 9 au 10 décembre 2010. Selon les déclarations de la partie civile, il avait constaté que le pneu de sa voiture avait crevé. Ainsi, il a décidé de marcher avec son fils pour prendre un taxi. «C’est ainsi que j’ai été attaqué par 3 personnes. L’une m’a tenu en respect. Elle a brandi un couteau et une arme à feu. Son compagnon m’a frappé et le troisième a pris mon cartable et mon carnet de chèques avant de prendre la clé des champs», a raconté la victime. Deux jours après, le chef d’agence de la Cbao l’a appelé pour lui faire savoir qu’un certain Ameth Dièye voulait retirer la somme d’1 million 500 mille francs de son compte. C’est dans ces circonstances que ce dernier a été arrêté par la police. L’affaire sera vidée le 2 juillet prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here