PARTAGER

Les accusés Mouhamadou Lamine Joseph Anne, Atoumane Fall, Mamadou Yade, Baba Lissa Ndiaye, Maland Mandiang, Demba Keïta dit Papis encourent des peines allant de 4 à 15 ans de travaux forcés. Ils ont été présentés hier au juge de la Chambre criminelle pour les chefs d’accusation de trafic de drogue, d’association de malfaiteurs, de blanchiment de capitaux.

Footballeur professionnel, Mouhamadou Lamine Joseph Anne a comparu hier pour une affaire de drogue. Devant la Chambre criminelle, il s’est présenté comme un joueur évoluant au Fc Edmonton, au Canada. Le Parquet général a requis une peine de 4 ans de travaux forcés contre lui. Il a déjà fait 3 ans de détention préventive, car il a été arrêté en 2016 par l’Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis). En effet, l’Ocrtis avait été informé par une source anonyme d’un vaste trafic de chanvre indien entretenu par un réseau à la Cité Sonatel. Une filature a été organisée pour mettre la main sur les individus suspects. L’enquête a ainsi permis l’arrestation des nommés Mouhamadou Lamine Joseph Anne et Baba Lissa Ndiaye. Une découverte de la drogue d’une quantité de 1kg 900 a été opérée à la suite d’une fouille du véhicule de type 4X4 Prado à bord duquel les deux étaient au moment de leur arrestation. Une somme d’argent et des outils pour le conditionnement de la drogue ont été également saisis. Selon l’ordonnance de renvoi, les accusés avaient, devant l’évidence, reconnu les faits. Leur collaboration avec les limiers a facilité par la suite l’arrestation des accusés Atoumane Fall et Mamadou Yade qui étaient venus faire une commande.
A la barre, Mouhamadou Lamine Joseph Anne, qui aurait reconnu les faits à l’enquête préliminaire, a contesté. Il a indiqué que rien n’a été trouvé sur lui, pas une petite quantité de chanvre indien n’a été découverte chez lui. La drogue découverte, selon lui, était dans une sacoche abandonnée par le sieur Baba Lissa Ndiaye qui a pris la poudre d’escampette. Il a aussi déclaré qu’il ne connaît pas le sieur Demba Keïta alias Papis que l’accusé aurait désigné comme son fournisseur principal, resté introuvable. Tout le contraire de Maland Mandiang qui n’a pas pu échapper au piège qui lui a été tendu par les policiers. Il a été mis aux arrêts en possession d’une quantité de 10,5 kg de chanvre indien. Il a nié la paternité de la marchandise prohibée. Alors que la réquisition effectuée auprès de la Sonatel a établi l’existence entre Demba Keïta dit Papis et lui de 54 appels en 10 jours. Quant à l’accusé Mamadou Yade, qui aurait fait une commande d’un kilogramme de chanvre indien auprès de Baba Lissa avant d’être appréhendé, n’a pas reconnu les accusations. Il dit s’être déplacé au lieu du rendez-vous pour une commande de 25 poulets. Mais pour l’Avocat général, dans cette affaire, «l’association de malfaiteurs coule de source. Dans la mesure où ils ont tous reconnu appartenir à ce réseau, c’est incontestable». Selon lui, Demba Keïta et Maland Mandiang sont les fournisseurs. Ainsi, il a demandé à la Chambre de les déclarer atteints et convaincus de trafic intérieur de drogue et d’association de malfaiteurs. Pour la répression, l’Avocat général a requis 15 ans de travaux forcés contre Demba Keïta et Maland Mandiang. Pour le reste, à savoir Mamadou Yade, Atoumane Fall, Baba Lissa Ndiaye, il a demandé 4 ans comme pour Mouhamadou Lamine Joseph Anne. Il a exhorté la requalification des faits en offre ou cession en vue de la consommation personnelle. Pour les 14 millions retrouvés dans le compte de M. Anne, il a demandé la confiscation des montants saisis au profit du Trésor public, car pour lui il y a eu blanchiment de capitaux. Et du côté de la défense, l’avocat de Mamadou Yade a plaidé l’acquittement de son client, faute de preuves. Pour le reste du groupe, leurs avocats ont sollicité une application extrêmement bienveillante de la loi pénale. L’affaire a été mise en délibéré au 3 septembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here