PARTAGER

La Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Kédougou a traité la quatrième affaire inscrite à son rôle. Le sieur Amadou Couli­baly, poursuivi pour incendie volontaire de lieu habité ou servant d’habitation, a finalement été reconnu coupable ce jeudi par la Chambre criminelle de Kédougou. Il lui a été infligé une peine de 5 ans de réclusion criminelle.

Le sieur Amadou Coulibaly, de nationalité burkinabè et établi à Karakhéna, travaillait dans le site d’orpaillage traditionnel clandestin. Dans la nuit du 3 mars 2019 aux environs de 19h, Amadou Coulibaly a voulu satisfaire sa libido. Il s’est alors rendu au camp des prostituées. Le prix habituel d’un seul coup étant estimé à 2 000 francs Cfa, Coulibaly n’avait que 1 000 francs Cfa dans sa poche ce jour. Mais après une petite négociation, la Nigériane, sa partenaire du jour, accepta le «business». C’est en faisant le sexe tout d’un coup que la femme décida d’arrêter le travail avec le ressortissant burkinabè. Il s’en est alors suivi une bagarre entre eux.
Des voisins alertés sont venus les séparer. Après s’être retiré, Coulibaly a attendu vers les coups de 3h du matin pour brûler la case où vivait la prostituée. Comme si elle le savait, la Nigériane n’a pas voulu y passer la nuit ce jour-là par crainte de ne pas tomber dans le piège de ce client. Mais aucune perte en vie humaine n’a été notée, rien que des dégâts matériels de moindre importance dans la chambre de la partie civile.
Alphonse Ndam Faye, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Kédougou, dans son réquisitoire, a soulevé la gravité de l’acte. Aussi a-t-il demandé l’application pure et simple de la loi contre l’incendie volontaire.
Maître Malick Mbengue, avocat de la défense, a pour sa part demandé des circonstances atténuantes pour son client.
Amadou Coulibaly, reconnu coupable par la Chambre criminelle de Kédougou, prend finalement 5 ans de réclusion criminelle. Aliou Diallo, président de la Chambre criminelle, toujours dans son verdict final, a signifié que le condamné ou son conseiller peuvent interjeter appel dans un délai de 15 jours. Amadou Coulibaly est actuellement incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de Kédougou.
Lamarana Diallo, guinéen d’origine, poursuivi pour incendie volontaire de lieu d’habitation ou lieu servant d’habitation et d’abus de confiance, a quant à lui été acquitté pour insuffisance de preuves sur le premier chef d’inculpation. Il a toutefois écopé de 6 mois ferme de réclusion criminelle pour abus de confiance, une peine qu’il a déjà purgée. La Chambre criminelle, qui a retenu contre lui l’abus de confiance, a suivi le réquisitoire du Parquet.
Les faits qui valent au Guinéen Lamarana Diallo sa comparution devant la barre de la Chambre criminelle de Kédougou remontent au mois de mars 2019. Il s’était fait arrêter à Bantako dans un site d’orpaillage niché dans la commune de Tomboronkoto. Monsieur Diallo vivait en concubinage avec l’épouse de son parent guinéen. Et c’est dans cette commune qu’il a commis le délit d’incendie volontaire écarté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here