PARTAGER
Le palais de justice de Diourbel

Khady Ndiaye hume depuis hier l’air de la liberté. Poursuivie pour incendie volontaire sur les lieux servant d’habitation appartenant à sa belle sœur Ndiolé Ndour, Khady Ndiaye, après deux ans de détention préventive, a retrouvé les siens. Attraite à la barre du Tribunal de grande instance de Diourbel, siégeant en  Chambre criminelle de Diour­bel, l’accusée inculpée d’incendie volontaire sur des lieux, servant d’habitation survenu dans la nuit du 22 au 23 septembre à Touba, menaçait de mort sa belle-sœur  Ndiolé Ndour. A la barre du Tribunal de grande instance de Diourbel, l’accusée a nié les faits qui lui étaient reprochés. Son conseil, Me Serigne Diongue a soulevé des exceptions de nullité en soulignant que sa cliente «Khady Ndiaye, n’a pas été assistée par son conseil dés sa 1ère comparution. Ce qui constitue une violation des dispositions de l’article 101 du Code  de procédure pénale ainsi que par le règlement de l’Uemoa».  Son confrère de la défense, Me Sambou lui s’est attaqué à la  garde-à-vue de la prévenue, qui a dépassé le temps requis. Il a sollicité l’annulation du  procès verbal de l’enquête préliminaire. Le tribunal, après avoir statué sur ces  exceptions de nullité soulevées par les conseils de Khady Ndiaye, a ordonné la main levée du mandat de dépôt et l’a renvoyée des  fins de la poursuite.
La seconde affaire jugée par le tribunal est celle qui oppose le ministère public à l’éleveur Makhtar Sow qui était accusé d’avoir dissimulé 14,5 kg de chanvre indien dans son sac de voyage. Le prévenu a écopé de 10 ans de travaux forcés. Le 3 février 2015, Makhtar Sow avait voyagé à bord d’un véhicule 7 places de Tambacounda à  Touba. A l’entrée de Mbacké, un contrôle de routine des douaniers a permis de découvrir un sac contenant  14, 5 kg de chanvre indien. Sentant les carottes cuites,  Makhtar Sow a pris ses jambes à son cou pour se fondre dans la nature mais ce sera de courte durée parce qu‘il sera rattrapé par les Gabelous après une course-poursuite d’environ 1km. Arrêté, il sera placé sous mandat de dépôt le 5 février 2015, à la Maison d’arrêt et de correction  (Mac) de Diourbel. A la barre de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Diourbel, Makhtar Sow né le 10 juin 1984 à Dahra Djolof, a nié en bloc les accusations. Malgré ses dénégations, Makhtar Sow a été reconnu coupable de détention, de trafic de chanvre indien et de contrebande et condamné à 10 ans de travaux forcés.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here