PARTAGER

Poursuivis pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit, usage d’arme, de véhicule, de violence, El Hadji et Mamadou Sow, ont été reconnus coupables et condamnés aux travaux forcés à perpétuité par la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Thiès. Et au-delà de la peine, ils devront payer une amende de 22 millions de francs Cfa aux parties civiles.

Placés sous mandat de dépôt depuis décembre 2013 pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit, usage d’arme, de véhicule, de violence, El Hadji et Mamadou Sow ont été reconnus coupables de ces faits par la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Thiès. Ils devront purger leur peine toute leur vie. Les faits qui leur sont reprochés remontent à une soirée du 17 au 18 décembre 2013 au village de Mboulou­khténe, dans le département de Mbour. Une bande de six personnes armées ont cambriolé la boutique appartenant à Djiby Diop, situé dans ce dit village en emportant avec eux une somme de 8 millions de francs Cfa. Un dispositif de sécurité en direction de Ndiaguaniao, mis en place par la brigade de la gendarmerie de Mbour, qui a été informé aussitôt après les faits par les habitants de Mbouloukhténe, a abouti à l’arrestation de deux suspects. Il s’agit de Abdou Sy et Mamadou Sow. Ils ont été surpris, dans leur véhicule, en possession d’un coupe-coupe et de cinq téléphones portables.
Interrogé, Mamadou Sow ne reconnaissait pas les faits. Il déclarait qu’il avait pris Abdou Sy à Nguékhokh pour le conduire à Ndiaguaniao et Sousoum. Quant à Abdou Sy, il refusait les faits qui lui sont reprochés et soutenait ignorer que Mamadou Sow avait sur lui un coupe-coupe. La victime, Modou Mbaye Diop, entendue, déclarait que les malfaiteurs avaient tiré des balles dans la boutique et avaient emporté avec eux un sac contenant une somme de 8 millions de francs Cfa au moyen d’un véhicule. Il ajoutait qu’il serait en mesure de reconnaitre ses bourreaux.  Deux jours après l’arrestation des deux suspects, un agent de renseignement signalait aux enquêteurs, la présence de El hadji Sow à bord d’un véhicule 405 en partance pour Mbour. Muni de cette information, un dispositif de la gendarmerie se mettait en place et aboutissait à l’arrestation de El hadji Sow et de Mansour Faye.
La fouille du véhicule a permis de découvrir un fusil neuf à deux canons de marque barasingha 220 dans sa gaine, à l’arrière du véhicule, cinq balles de calibre 12 et la somme de 300.000 francs Cfa dans les poches de El hadji Sow. Ce dernier fera savoir qu’il avait loué le véhicule à Dakar et il avait demandé à Mansour Faye de l’accompagner. Il ajoutait avoir acheté le fusil à un ami dont il ignorait le nom moyennant la somme de quatre cent mille francs  Cfa. Il précise que la somme trouvée sur lui provenait de la vente de sa récolte avant de soutenir n’avoir participé à aucun braquage. A son tour, Mansour Faye déclarait qu’il avait l’habitude de prendre El hadji Sow à Sandiara pour le conduire à Nguékhokh. Il soutenait avoir transporté le fusil dans son véhicule, qu’il prenait pour un produit animalier. Les victimes de leurs nombreux braquages comme les témoins, à l’enquête préliminaire comme à la barre, ont reconnu formellement El hadji et Mamadou Sow. El Hadji Sow portait une cicatrice au front. Il s’y ajoute que l’arme, un fusil de marque Barashinga 220 dont il s’est servi, a été dérobé au domicile de Jean Gabriel Jacques Lanette qui en est le légitime propriétaire ainsi que des balles de calibre 12, qui ont été retrouvées dans la malle-arrière du véhicule Peugeot 405 conduit par son compagnon Mansour Faye et à bord duquel il se trouvait. Toutes raisons qui ont poussé, l’avocat de la partie civile, Me Ndiagua Dabo de déclarer que les prévenus sont atteints des faits visés. Il a demandé une somme de 30 millions de francs Cfa en guise de dommages et intérêts. Là où le Procureur général a requis une peine de 10 ans de travaux forcés contre Mansour Faye et 20 ans de travaux forcés pour El hadji Sow, Mamadou Sow et Abdou Sy. La défense quant à elle a plaidé l’acquittement pur et simple de ses clients. Dans son délibéré, la chambre criminelle a déclaré les sieurs El hadji Sow et Mamadou Sow, coupables des faits et les a condamnés aux travaux forcés à perpétuité et à payer une somme de 22 millions de francs Cfa aux parties civiles. Quant à Mansour Faye et Abdou Sy, ils ont été acquittés.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here