PARTAGER

Malgré une première période compliquée, le Cameroun a renversé l’Egypte 2-1 ce dimanche en finale de la Can 2017 pour s’adjuger la 5e couronne de son histoire, 15 ans après. Comme un symbole, Nicolas Nkoulou et Vincent Aboubakar, entrés en jeu, ont inscrit les buts de ce sacre inattendu !

Le Cameroun brise la malédiction ! Battus sur la plus haute marche par l’Egypte en 1986 et 2008, les Lions Indomptables ont pris leur revanche en renversant 2-1 les Pharaons ce dimanche pour s’adjuger la 5e Can de leur histoire 15 ans après leur dernier sacre, revenant ainsi à deux unités de leurs adversaires ! En difficultés pendant 45 minutes, les hommes de Hugo Broos ont renversé les Egyptiens en seconde période dans un stade de l’Amitié de Libreville en leur faveur.
Il fallait pourtant moins de deux minutes aux hommes de Hector Cuper pour se procurer une grosse occasion par El Said qui obligeait Ondoa à une belle parade au sol. Les Camerounais répliquaient par un pressing haut et une frappe de Siani pas suffisamment appuyée pour inquiéter El Hadary.
Mais la défense des Lions montrait quelques signes de fébrilité, ce qui ne pardonne pas face aux Pharaons. Trouvé à droite de la surface par Salah, Elneny profitait du retard de Teikeu pour tenter une frappe dans un angle fermé, trompant du coup Ondoa qui fermait mal son premier poteau (1-0, 22e). Quelques instants plus tard, deuxième coup dur pour le Cameroun puisque Teikeu, blessé, devait céder sa place à Nkoulou. Derrière, la domination restait en faveur des Lions, mais comme souvent, le bloc égyptien est difficile à prendre à revers.

Coaching gagnant de Broos
Le Cameroun accélérait au retour des vestiaires sous l’impulsion de Aboubakar, entré à la place de Tambe. Le déchet technique des hommes de Hugo Broos les empêchait d’abord de se procurer des occasions nettes. Mais tout à coup sur un mauvais renvoi de la défense adverse, Moukandjo centrait pour Nkoulou qui prenait le meilleur sur Hegazy pour égaliser d’une tête à bout portant (1-1, 58e) ! La confiance avait clairement changé de camp. Mais comme un symbole, la délivrance venait de Aboubakar qui effaçait superbement Gabr dans la surface avant de marquer d’une demi-volée (1-2, 88e). Broos venait de s’offrir un coaching gagnant. Le Cameroun peut jubiler ! Et dire que dans deux ans, les Lions accueilleront la prochaine Can !
Avec Afrik-foot

C’est dit… C’est dit… C’est dit…

Hugo Broos, sélectionneur du Cameroun : «Un groupe d’amis»
«C’est vrai que lorsque je suis arrivé au Cameroun, j’ai dû changer des joueurs âgés, qui n’étaient plus motivés par la sélection. J’ai pris des joueurs plus jeunes. On a fait du bon travail. L’équipe n’est pas encore à son meilleur niveau. Je suis content pour les joueurs. Ce n’est pas un groupe de footballeurs, c’est un groupe d’amis. Prendre une revanche sur des journalistes, c’est le plus stupide qu’un coach puisse faire. Je ne demande qu’une chose, j’espère que la presse camerounaise m’a compris : patience et correction. Je pense que notre relation est bien meilleure qu’il y a un an.»

Hector Cuper, sélectionneur de l’Egypte : «Je perds encore une finale… »
«Je veux d’abord féliciter le Cameroun. Je ne suis pas triste parce que j’ai encore perdu une finale. Je suis désolé pour les joueurs. Je regrette seulement que nous n’ayons pas pu donner cette joie au Peuple égyptien. Bon, je perds encore une finale… Je ne vais pas dire que je suis habitué, mais bon… » (Cuper avait déjà perdu cinq finales : trois de Coupe d’Europe, en 1999 (C2), 2000 et 2001 (C1), une de Coupe du Roi (1998) et une de Coupe de Grèce (2010)).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here