PARTAGER

Après une décision de justice, Khadim Ba fait revenir son Dga

Le maire de Pire semblait manifestement incapable de résoudre les difficultés de la Sar. Le président de la République lui a trouvé hier une remplaçante dont le profil est a priori, rassurant.

Arrivé à la Société africaine de raffinage (Sar) à la suite d’un scandale au cœur duquel se trouvait le directeur sortant, Serigne Mboup quitte la boîte, un peu plus de deux ans après, alors que la société est toujours en proie à de très fortes turbulences. Pris dans l’étau du conflit familial qui ébranle l’actionnaire principal, la société Locafrique, le désormais ex-directeur de la Sar n’a pas su redresser la barre d’une entreprise qui tanguait dangereusement.
Plusieurs fois en effet, depuis le début de l’année, plusieurs entités ont attiré l’attention sur la situation du raffineur et principal fournisseur d’hydrocarbures dans le pays. Même les travailleurs, par la voix de leurs syndicats, se sont inquiétés de la fragilité de leur entreprise, la trésorerie, affirmaient-ils, n’était plus en mesure de couvrir des commandes pour la consommation mensuelle du pays. Face à toutes ces critiques, le maire de Pire restait zen, affirmant que l’entreprise se portait bien, imputant ses difficultés principalement à ses débiteurs. Il faut croire que ses incantations ont cessé de convaincre, et le chef de l’Etat, qui lui cherchait un remplaçant depuis le mois de septembre au moins, a fini par dénicher la personne idoine à ce poste.
Ce changement de directeur, qui augure d’une reprise en main par le chef de l’Etat de la gestion d’entreprises à capitaux publics, sanctionne également le retour en force dans l’appareil de gestion de la Sar, de Khadim Ba, le Dg de Locafrique. En effet, récemment réinstallé dans ses pouvoirs par une décision de justice, M. Ba-fils a profité des changements d’hier pour remettre en selle son homme de confiance, Momath Sarr, comme Directeur général adjoint de la boîte. M. Sarr avait déjà occupé ce poste, avant d’en être éjecté à l’arrivée à la tête de la compagnie du père de Khadim Ba, Amadou. Son retour est le signe de la primauté de Khadim sur son père.
Marième Ndoye Decraene, qui a été nommée hier à la tête de l’unique raffinerie du pays, ne sera pas vraiment dépaysée dans le monde des hydrocarbures. Macky Sall l’a en effet, tirée de l’Unité de formulation du compact du Millennium challenge account (Ufc/Mca) dont on sait qu’il porte notamment sur l’accès à l’énergie de certaines zones périphériques du pays. Le Mca étant entré dans sa phase opérationnelle, l’Ufc n’avait plus sa raison d’être, et on doit croire que cette ingénieure sortie de l’Ecole polytechnique de Thiès n’en pouvait plus de se tourner les pouces. Avec la situation de la Sar, elle aura largement de quoi s’occuper. Et s’agissant de son background intellectuel, elle n’a rien à envier à qui que ce soit.
Mme Marième Ndoye Decraene est créditée, en plus de son diplôme d’ingénieure, d’un Master Qualité-Sécurité-Environnement, obtenu en France. Elle a travaillé à la Compagnie sahélienne d’entreprises (Cse), avant de bifurquer dans le secteur public et devenir Directrice technique du Fonds d’entretien routier autonome (Fera), d’où elle était partie à Ageroute et à l’Agetip, avant de se retrouver à la Présidence, à coordonner l’Unité de formulation du Mca Sénégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here