PARTAGER

Alors qu’ils créent de la valeur ajoutée dans le secteur du tourisme, les opérateurs privés ont été totalement marginalisés par le directeur sortant de l’Aspt, Abdoulaye Thiam. Ils saluent donc avec plaisir l’arrivée de Bamba Mbow, mais lui demandent de ne pas reproduire les erreurs de son prédécesseur et de les associer à la politique de promotion de la destination. Pour le bien de tous.

La nomination de Mouha­madou Bamba Mbow à la tête de l’Agence sénégalaise de promotion du tourisme (Aspt) aura au moins au départ rencontré l’agrément des acteurs du secteur. Certains de ces opérateurs qui ont contacté Le Quotidien dès l’annonce dans le communiqué du Conseil des ministres du mercredi dernier ont tenu à marquer leur satisfaction. Mais ils n’ont pas non plus manqué de marquer les limites de leur adhésion.
«Le secteur privé prend acte de cette nomination et espère ne pas revivre la situation qu’il a connue avec le directeur Ab­dou­laye Thiam.» Il était devenu de notoriété publique que le directeur sortant avait trouvé le mo­yen, par des initiatives solitaires, de s’aliéner les acteurs du secteur, hôteliers, transporteurs, guides touristiques et autres voyagistes, en voulant imposer d’en haut une politique de promotion touristique qui ne rencontrait pas l’agrément de son Conseil de surveillance qu’il a fini par se mettre à dos. C’est dire que peu sont ceux qui, dans le secteur du tourisme, auront regretté le départ de M. Thiam.
Ce qui n’empêche pas une certaine retenue, même bienveillante, de la part des opérateurs privés qui travaillent dans le secteur. Les problèmes du tourisme sont connus depuis longtemps et ont abouti à une forte désaffection de la destination Sénégal. Depuis longtemps, des organisations comme la Fédération des organisations patronales de l’industrie touristique du Sénégal (Fopits), dirigée par Mamadou Racine Sy, et qui comprend l’essentiel des acteurs du secteur, ont fait le diagnostic et proposé des solutions aux autorités. Et elles ont toujours appelé au dialogue et à la concertation pour redresser un secteur dont tout le monde reconnaît l’importance dans l’économie du pays. Malheu­reusement, et le président Racine Sy l’a souvent dit, la bonne volonté et les engagements pris par les autorités au plus haut niveau de l’Etat n’ont pas toujours été suivis d’effets, parce que les personnes chargées de ces missions n’ont pas semblé avoir compris le sens de leur mission.
Ce qui pousse les membres des organisations touristiques à souligner, à l’endroit du nouveau directeur de l’Aspt, que «l’heure est à la mobilisation pour obtenir enfin un programme de promotion cohérent. Des dossiers attendent, et le secteur privé espère que nous obtiendrons en­fin un consensus pour la promotion de la destination Séné­gal. Nous avons perdu déjà trop de temps et il est temps de se mettre au travail». D’autres se rappellent avoir vu le nouveau Dg Bamba Mbow, dont ils ont souligné le dynamisme lors de la suppression de l’Agence nationale de promotion du tourisme (Anpt) et indiquent : «Nous souhaitons sa réussite et espérons qu’il saura travailler sans chercher à marginaliser le privé, comme son prédécesseur l’avait fait.» Une période où beaucoup d’opérateurs avaient même exprimé leurs regrets d’avoir insisté auprès du Président Macky Sall pour qu’il fasse renaître l’agence de promotion, même sous une nouvelle appellation.

mgueye@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Peut être une bonne nouvelle, pour le tourisme ???
    L’entente entre l’Aspt étatique et les professionnels du secteur touristique était tombée au niveau zéro. Chacun travaillait dans son coin, en solitaire, c’est connu et reconnu et le tourisme est à l’agonie.
    La nomination du M.B.Mbow ne peut être qu’une bonne nouvelle, si on ne tombe pas encore à des concertations et autres réunions sans aucun effet positif sur le retour des touristes.
    Si c’est pour annoncer des chiffres mensongers sur le nombre des touristes chaque année, si c’est pour faire de l’enfumage à chaque ouverture de la saison touristique et puis plus rien, si c’est pour dire  » On a plein de gros projets, mais c’est la mise en œuvre qui bloque toujours au Sénégal ». Cela ne sert à rien, c’est du mensonge, de l’incompétence, de l’irresponsabilité !

    Les questions et les actions à mener sont :
    1 – La cherté de la destination : Billet d’avion et taxes, et puis ( 450 € la semaine au Maroc en 5*, 1500 € la semaine au Sénégal dans un 3* pouilleux et délabré ??? Chercher l’erreur !)
    2 – Aller demander pourquoi les partenaires et les tours-opérators sont partis en entrainant la suppression des arrivées des avions qu’ils affrétaient :
    (25 italiens, 5 suisses, 3 belges sur 5, les anglais, les allemands, les hollandais, les espagnols, les américains)
    3 – Pourquoi les derniers restants, les Français se désengagent de la promotion et de la destination du Sénégal (Marmara, Nouvelles Frontières, Fram, Lookéa….)
    4 – Pourquoi les 3 millions de visiteurs chinois promis ne sont pas venus au Sénégal
    5 – Revoir toute la stratégie de la promotion touristique du Sénégal à l’extérieur, dans les pays étrangers.
    6 – Faire des énormes campagnes auprès des populations pour rappeler au respect des touristes, en collaboration avec la police touristique, les guides et tous les acteurs hôteliers et du secteur..
    pour mettre un terme aux harcèlements, arnaques, injures et propos racistes qui sont les premiers facteurs qui ont fait fuir les touristes et qu’ils ne reviennent plus par le fait des réseaux et des forums sur internet.
    7 – La présence des enfants talibés, petits mendiants dans les rues qui salit l’image du pays en le faisant devenir un pays esclavagiste d’enfants, indigne et inhumain. Pas respectable, pas visitable.
    8 – Sans oublier qu’il y a une volonté religieuse anti-toubab qui veut la mort du touriste et le départ de tous les occidentaux du Sénégal, pour étendre son hégémonie religieuse sur le pays et le peuple sénégalais, prête à sacrifier la 2ème ressource économique du pays, jetant des milliers de gens dans la misère pour mieux les gouverner.
    9 – Arrêter de trouver des responsabilités fausses et mensongères, le Visa, Ebola, Terrorisme, Crise en Gambie, etc… Ceux ne sont pas les facteurs premiers de la désaffection des touristes.
    Vous vous mentez à vous-mêmes, vous cherchez des boucs-émissaires, alors que les maux viennent de vos propres comportements en vers les touristes.
    Sans la prise en compte, de tous ces facteurs et que ceux sont eux-mêmes, les sénégalais, qui ont ruiné le tourisme au Sénégal, vous pouvez palabrer encore et encore, le tourisme n’est pas prêt de repartir.
    A bon entendeur, Salut et Bonne Chance. Je vais en vacances au Cap Vert, c’est moins cher, plus luxueux et plus respectueux du touriste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here