PARTAGER

65% des Personnes affectées par le projet (Pap) du Train express régional (Ter) ont constitué leur dossier de conciliation. L’annonce est du Directeur général de l’Agence de promotion des exportations (Apix), Mountaga Sy. Ce dernier indique que  les Pap du Ter sont compensées sur des bases plus élevées que celles de l’autoroute à péage.

«Le 14 janvier 2019, le Sénégal verra son Train express régional (Ter).» C’est à l’issue d’une visite de presse hier sur le tracé du Ter que le Directeur général de l’Agence de promotion des investissements (Apix), Mountaga Sy a fait cette annonce. Le Ter, qui va relier Dakar à l’Aéroport international Blaise Diagne, va créer 10 000 emplois mais il va également affecter 12 000 personnes sur son tracé. Mais selon le Dg de l’Apix, 65% des Personnes affectées par le projet (Pap) sont déjà venus constituer leur dossier de conciliation dans une des trois maisons du Ter. Seulement, ce chiffre moyen cache des disparités puisque si à Rufisque ce taux est de 78%, il est de 25% à Pikine sur les 7 307 Pap. Mountaga Sy l’explique par l’importance du marché de Thiaroye et ses vendeurs qui seront relogés sur un site déjà identifié dans le périmètre du camp de Thiaroye. «Nous sommes sur des plateformes d’affaires et aussi des bâtiments. Avec 65%, nous sommes en avance sur notre planning», indique M. Sy. L’Apix, qui assure gérer ce volet de façon collaborative, précise même que les Pap du Ter sont compensées sur des bases plus élevées que celles de l’autoroute à péage.

Des sociétés sénégalaises
Selon M. Sy, «les financements sont bouclés, la mobilisation des fonds est sécurisée et les entreprises ont pu réaliser leurs travaux parce qu’elles ont toutes reçu leur avance de démarrage». Les travaux ont aussi d’ores et déjà démarré sur la première portion reliant Dakar à Diamniadio d’une distance de 36 km. Sur cette portion, les travaux de terrassement sont réalisés à 33%, indique le patron de l’Apix.
Pour la réalisation de cette infrastructure d’un coût de 415 milliards de francs Cfa, l’Etat du Sénégal a fait le choix de lancer un appel d’offres en 5 lots. Au total, ce sont une vingtaine d’entreprises sénégalaises qui ont soumissionné aux côtés d’une quarantaine de grandes entreprises ferroviaires mondiales. A l’arrivée, Getran, Cse, Cde et Eiffage Sénégal sont présents aux côtés de Alstom, Engie ou encore Yapi Merkazi. «On est en train de préparer les champions du ferroviaire africain de demain», se réjouit M. Sy.
Avec ses 115 000 passagers par an, les tarifs qui seront appliqués ne seront pas au-delà du tarif psychologique que les Sénégalais sont prêts à payer, assure M. Sy. «Les études de rentabilité économique et les études de préférence ont conclu à un bon équilibre financier et une bonne rentabilité», rassure-t-il avant d’expliquer que chaque année, le pays perd 100 milliards à cause des embouteillages. «Rester quatre ans sans faire le Ter, nous fait perdre le coût du Ter», indique M. Sy.

Démarrage des travaux
Sur le site de la future gare de Diamniadio, quelques ouvriers, des pelles mécaniques et de petites bennes attendent de procéder au démarrage du terrassement et du nivellement. Le site va abriter une des 14 gares du tracé. Une gare au design futuriste, «en accord avec l’architecture du Centre international Abdou Diouf», explique Mar Thiam, le directeur de Getran, la société sénégalaise adjudicataire de ce marché. «Tout ce qui est étude de sol est en cours et nous comptons démarrer les travaux le 1er août», informe M. Thiam.
Plus loin, un ballet incessant de camions. Ici, les travaux de préparation sont à grande échelle. Le long de la voie ferrée, des pelles mécaniques creusent sur plusieurs centimètres d’épaisseur tandis que des bulldozers tracent petit à petit la piste en latérite. Le Ter, c’est un ouvrage structurant, souligne le Dg de l’Apix qui informe que sur tout le tracé, les passages à niveau vont laisser la place à des ouvrages de franchissement. «25% seulement du projet sont réservés à du ferroviaire. Il y aura 14 ponts qui vont être réalisés pour franchir la ligne électrique», explique-t-il.

10 millions d’euros la rame

Pour assurer le démarrage du Ter, Mountaga Sy annonce une première commande ferme de 15 rames pouvant accueillir chacune 565 passagers. Selon M. Sy, le coût unitaire de ces rames est de 10 millions d’euros, soit près de 6,550 milliards de francs Cfa. Des rames que la société française Alstom devrait livrer à Dakar au troisième trimestre de l’année 2018.

mamewoury@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour je suis un impacte du ter j’avais un place d’affaires qu’on devait me dédommager ça fait 1ans que je cour derrière vous je croyais que apix est la population mon numéro de code 13643

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here