PARTAGER

La Sones réalise à Koungueul une usine de «déferrisation» pour réduire la teneur en fer de 3 mg/l à 0,3 mg/l d’eau de cette commune dans la région de Kaffrine. A terme, le projet financé par l’Etat à hauteur de 2,6 milliards impactera 20 mille personnes.

Le problème fondamental de l’eau de Koungueul, ville située dans la région de Kaffrine, est sa forte teneur en fer qui lui donne une coloration rougeâtre. «Il y a trop de fer, mais cette eau a la même saveur que les autres. Il faut décanter pour pouvoir évacuer ce fer», a expliqué jeudi dernier Jean Lazare Coly, chef de projet à la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones). Eh bien, cette eau rougeâtre distillée par les robinets de Koungheul à cause de sa forte teneur en fer (autour de 3 mg/l, dépassant les normes fixées par l’Oms qui sont de 0,3 mg), ne sera bientôt plus qu’un vieux souvenir. Pour cause, l’Etat du Sénégal, par le biais de la Sones, est en train de réaliser une station de «déferrisation» de l’eau dans cette ville. Les travaux sont déjà exécutés à 79%, selon le directeur général de la Sones qui était sur le chantier pour s’enquérir de l’état d’avancement de l’infrastructure qui, à terme, va impacter environ 20 mille personnes.
Le projet entre dans le cadre du Programme de renforcement de l’alimentation en eau potable de cette ville. Il s’agit là de la seconde phase du programme, après la première qui consistait au renforcement de la capacité de production et de stockage d’eau que la Sones a réussi à multiplier par trois, et d’obtenir une bonne couverture des besoins en eau des Koungheulois.
L’infrastructure hydraulique, implantée au quartier Touba Koungheul, financée à hauteur de 2,6 milliards F Cfa, vise également à réduire le taux de manganèse de 0,13 mg/l à 0,5 mg/l, la turbidité de 14 à 40 mg/l à 1mg/l. L’eau de Koungheul contient également de l’ammoniac, mais en deçà des normes de l’Oms.
La mise en service de la station est prévue au courant du premier semestre de l’année 2019. «Nous sommes en train de prendre des dispositions particulières avec l’entreprise afin que les travaux puissent se terminer dans les meilleurs délais, quelles que soient les difficultés, étant donné que Koungheul est très loin des zones d’approvisionnement, mais également de l’indisponibilité de ressources humaines qualifiées pour travailler sur le chantier», a dit Charles Fall.
«Cette usine de ‘’déferrisation’’ vient à point nommé. Nous sommes confrontés à ce fer au niveau de l’eau dans la commune de Koungheul. Donc il va falloir améliorer la qualité de l’eau», a soutenu Souleymane Mboup, premier adjoint au maire de Koungheul.
La station est composée entre autres d’un forage et d’un château d’eau de 400 m3, d’un bâtiment de filtration qui permet de traiter l’eau, des bassins, de locaux techniques et électriques.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here