PARTAGER

Les fondamentaux du football recommandent des lignes équilibrées, surtout en défense. Justement c’est à ce niveau qu’on retrouve le maillon faible de l’animation défensive des Lions, avec l’absence d’un latéral gauche de métier. L’alternative Youssouph Sabaly est intéressante mais elle a ses limites.

Comment comprendre qu’on n’ait pas dans le groupe des Lions un latéral gaucher de métier ? La question est revenue au galop suite à la titularisation à ce poste de Pape Djibril Diaw, défenseur central de métier, à la place de Youssouph Sabaly mis au repos contre le Mali.
En fait, en l’absence de l’arrière bordelais, Djibril Thiaw a été choisi pour dépanner dans le couloir gauche de la défense sénégalaise. Bien que gaucher de métier, le sociétaire d’Angers a éprouvé beaucoup de difficultés dans son nouveau rôle face aux attaquants maliens. Il est vrai, à la décharge du sélectionneur, la Tanière est orpheline d’un spécialiste à ce poste depuis du temps de Pape Ndiaye Souaré qui aura marqué de son empreinte ce couloir.
Depuis on attend de voir son véritable remplaçant. Désigné un moment, Adama Mbengue (Caen) a disparu des radars ; comme d’ailleurs Racine Coly qui peine à retrouver une place de titulaire à Nice et qui pourrait même quitter la Côte d’Azur.

Offensivement, Sabaly est plus intéressant à droite
Pour le moment, Aliou Cissé n’a donc sous la main que Youssouf Sabaly pour jouer latéral gauche. Un poste d’ailleurs qu’il a occupé avec succès lors du Mondial russe.
Dans l’ensemble, on ne peut pas reprocher grand-chose au Bordelais, très teigneux en phase défensive. Par contre le fait d’être un droitier de métier peut plomber ses appétits offensifs au niveau du couloir gauche. Surtout en phase de transition, dans des situations d’attaques rapides, avec des dédoublements ponctués par des enchaînements sur les centres.
L’importance d’un latéral gaucher de métier est devenue une exigence pour ceux qui prônent une défense équilibrée. Et cela est devenu une vraie philosophie chez certains grands entraîneurs, comme un certain Pep Guardiola. D’ailleurs, c’est inimaginable (à moins d’un cas de force majeure) de voir des équipes comme Barcelone ou Manchester City faire jouer un droitier au poste de latéral gauche. Mais comme on dit, «c’est avec ce qu’on a sous la main qu’on construit son équipe».

Réchauffer la piste Malang Sarr
D’ailleurs, Aliou Cissé semble avoir bien compris une telle situation pour avoir pris le pari de démarcher deux latéraux binationaux : Ferland Mendy et Malang Sarr. Si pour le Lyonnais c’est perdu d’avance. Par contre l’espoir demeure toujours avec le défenseur niçois qui hésite toujours à intégrer la Tanière. D’où l’intérêt de réchauffer le dossier.
A défaut, l’alternative de donner une chance à un local peut être envisagée. Au «Coach Cissé» de défricher le chantier. La Can c’est dans… trois petits mois.

hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here