PARTAGER

Le maire de Djidah Thiaroye Kao, Dr Cheikh Dieng, soupçonne déjà une «démarche politicienne» dans la distribution des vivres. Le responsable du Parti démocratique sénégalais estime qu’en s’appuyant sur le Registre national unique et les bourses familiales, le ministre Mansour Faye veut assurer à l’Apr «un électorat Covid-19» en vue des prochaines élections.

Comment avez-vous accueilli les mesures sociales et économiques prises par le chef de l’Etat pour faire face aux effets du coronavirus ?
Ces mesures sont salutaires et globalement partagées. Elles devront sensiblement permettre d’accompagner les ménages et les opérateurs économiques à atténuer les effets dévastateurs de la pandémie au niveau social et économique, notamment en ce qui concerne la préservation des emplois publics et privés et le soutien alimentaire pour les populations durement éprouvées par le ralentissement de l’activité économique. Toutefois, je trouve que le secteur informel et le monde rural, deux secteurs économiques vitaux de la Nation et représentant plus de 80% de notre population, n’ont pas été pris en compte de manière adéquate. En particulier pour le monde rural, des mesures urgentes doivent être prises pour l’écoulement des productions horticoles qui pourrissent actuellement dans les champs à cause de l’interdiction des liaisons interrégionales et la suspension des marchés hebdomadaires. Pour les paysans, je dois rappeler que l’hivernage pointe déjà à l’horizon et des mesures urgentes en termes de disponibilité d’intrants agricoles sont nécessaires pour atténuer l’impact du Covid-19 sur la prochaine campagne agricole. Cette mesure de relance de l’économie agricole devrait être intégrée dans le Plan national de résilience annoncé par le chef de l’Etat qui doit nécessairement prendre en compte les mesures de relèvement au risque d’un affaissement sans précédent de notre économie.

Quelles mesures votre commune a-t-elle pris pour ac­compagner ses administrés ?
Dès les premiers jours de la pandémie, en tant que maire de Djidah Thiaroye Kao, j’ai mis en place un Comité local Covid-19 qui réunit autour du Bureau municipal les chefs de poste de santé de la commune, le Service départemental de l’hygiène, les présidents des associations des délégués de quartier, des imams, des délégués de marché et garage clandos. Ce comité a pour mission, d’une part de territorialiser les stratégies et actions édictées par le Comité national et, d’autre part, d’élaborer une stratégie de riposte à l’échelle de notre communauté. La première mesure a été l’organisation d’une tournée aux fins de recensement des daaras qui sont aussi une composante particulièrement vulnérable. Avec l’aide des religieux, tous les daaras en externat de la commune ont été fermés pour un confinement des enfants dans leur famille et pour les daaras en internat dont les enfants sont pour la plupart des expatriés, la commune leur a accordé des denrées alimentaires (riz, huile et sucre) et des produits d’hygiène.
Par la suite, la mairie a acquis un lot de 4 000 bouteilles d’eau de javel et 4 000 bouteilles de savon liquide pour appuyer les familles les plus vulnérables à travers les associations de jeunes des quartiers et les groupements de femmes. De même, un soutien en produits d’hygiène et masques de sécurité a été apporté aux administrations locales comme les postes de santé, les services d’état civil et le commissariat de police ainsi qu’un kit de lavage des mains et des produits d’hygiène à l’ensemble des mosquées de la commune et les délégués de quartier. L’initiative originale a été l’installation de 40 barils de 200 litres d’eau javellisée dans les endroits stratégiques de la commune, comme les abords des marchés, des garages et les rues passantes pour permettre à tous un lavage régulier des mains dans la rue. Ces kits de lavage des mains sont gérés par des associations de jeunes dans les quartiers qui travaillent en synergie avec la mairie. Nous restons attentifs aux orientations qui seront données par le Comité national pour inventer d’autres formes de soutien pertinentes aux populations de notre commune.

Vous êtes un des rares maires de l’opposition dans la banlieue. Avez-vous senti un soutien particulier des autorités à votre commune dans ce sens ?
A ce jour, aucun soutien des autorités n’est consenti pour la commune. Et c’est le lieu de déplorer l’absence d’une articulation entre le niveau central et les territoires, surtout en ce qui concerne les stratégies de prévention de la propagation du virus. A cet instant précis où la prévention de la contamination communautaire est devenue l’enjeu majeur de lutte contre la propagation du virus, cette synergie devrait être développée par le Comité national pour contenir une contamination massive des populations.

Votre commune a-t-elle eu des cas positifs ?
Non heureusement, aucun cas positif n’a encore été diagnostiqué dans la commune de Djidah Thiaroye Kao. Et si cela arrivait, nous suivrons la procédure mise en place par le Comité national pour la prise en charge d’éventuels cas contacts dans la commune.

Que pensez-vous de la distribution annoncée des vivres ?
Cette question cristallise les énergies au regard de la paupérisation généralisée des populations à l’heure actuelle. Evidemment, cette initiative du chef de l’Etat qui permet aux populations de souffler un peu est généralement bien accueillie, mais beaucoup d’espoirs seront déçus au regard du nombre relativement faible de ménages qui seront servis. La communication gouvernementale laisse entendre une distribution généralisée à tous les ménages, ce qui ne sera bien évidemment pas le cas. Et c’est important de faire d’ores et déjà cette précision.

Pourtant le ministre Mansour Faye a assuré que cette distribution ne devrait pas poser beaucoup de problèmes puisqu’il y avait déjà un fichier pour certains ménages…
Le ciblage déjà effectué par le ministre du Développement communautaire qui réserve la moitié de l’aide alimentaire aux ménages inscrits au Registre national unique (Rnu) pose problème. Si ces ménages existent réellement, ils sont forcément dans les quartiers et les villages et ils comptent parmi les plus vulnérables. Il n’est, dès lors, nul besoin de les cibler en amont. De même, les ménages bénéficiaires de bourses familiales ont été ciblés en amont par le ministre lui-même. Or il est de notoriété que les bourses familiales ont été un instrument politique du pouvoir pour créer et entretenir une clientèle électorale. Vous verrez des ménages où plusieurs personnes sont bénéficiaires de la bourse familiale et de nombreux allocataires de bourse familiale qui n’existent même pas. Ce processus de sélection a été fait dans des conditions d’opacité totale à travers une démarche politicienne qui impliquait les seuls responsables du parti présidentiel dont chaque responsable avait un quota de bourses familiales. Dans ces conditions, leur ciblage en amont par le ministre Mansour Faye ne peut manquer de poser des problèmes d’équité et de transparence. Cette présélection doit être purement et simplement abandonnée. Au demeurant, les responsables de l’Apr sillonnent déjà les quartiers pour des recensements parallèles de ménages qui bénéficieront des aides alimentaires du gouvernement. Ces ménages seront vraisemblablement servis sur le quota qui est dit réservé au Rnu. Ce procédé visant à assurer au parti présidentiel un électorat «Covid-19» en vue des prochaines élections est simplement inacceptable. Dans le contexte actuel où l’essentiel des forces vives de la Nation soutient le chef de l’Etat dans le combat commun pour vaincre le Covid-19, j’appelle le minis­tre Mansour Faye à se départir de toute démarche politicienne tendant à préserver les acquis d’un pré-carré électoral pour se mettre en phase avec le consensus national créé par le stress induit par cette pandémie. Il en va de la crédibilité de la démarche du Président Macky Sall et de l’efficacité de son action.

Travaillez-vous avec la Ville de Pikine dans la lutte contre le Covid-19 ?
A ce jour, la Ville de Pikine n’a encore pris aucune initiative sérieuse pour accompagner les populations du département ou les maires qui s’activent dans la lutte que nous menons. A contrario, elle s’illustre dans le m’as-tu-vu à travers des chèques au Comité national Covid-19, sans se soucier de l’échelon local. Je voudrais l’appeler à s’inscrire dans le sillage de l’effort gouvernemental en ajoutant son don au stock de denrées mis en place par le gouvernement pour permettre de toucher un plus grand nombre de ménages. Cette démarche me paraît en effet plus saine et plus rigoureuse qu’une initiative de distribution parallèle de produits alimentaires qui emprunterait les sentiers sinueux d’une démarche sectaire qui cibleraient des responsables et des militants politiques. De la même manière, je récuse formellement l’initiative du bureau de l’Association des maires du Sénégal (Ams) de faire cotiser un million de francs à chaque maire pour contribuer au Force-Covid-19. Les municipalités sont des acteurs territoriaux impliqués dans le combat que mène la Nation au même titre que le gouvernement et, souvent, avec des moyens beaucoup plus limités. En lieu et place d’une contribution au niveau national, ces ressources doivent être mobilisées au plan local pour soutenir les populations durement éprouvées par la situation actuelle. Bien au contraire, c’est au Comité national de penser à soutenir les municipalités pour une territorialisation effective de la stratégie déclinée au plan national. Cette démarche me paraît plus efficace, car permettant de tenir compte des spécificités locales.

1 COMMENTAIRE

  1. Mansour Faye fait partie de ces Sénégalais sans-gêne qui ne reculent devant aucune bassesse pour arriver à leur fin.
    Macky Sall fait partie des beaux-frères les plus faibles que ce pays ait jamais connus.
    La gestion du Covid 19 incombe au ministère de la santé qui en son sein un département de l’action sociale qui peut gérer la dimension sociale de cette crise.
    La gestion de cette aide par Mansour Faye ministre de je ne sais quoi est très louche et suscite beaucoup de suspicions et de palabres. Cet homme sans vergogne est une grosse épine dans le pied de ce régime de Macky Sall .
    La présence de cet homme dans le gouvernement cause un énorme malaise à tous les républicains de ce pays. Pour tout démocrate sincère cet homme donne envie de vomir. Qui connaissait Mansour avant l’avènement de Macky ?
    Nous avons combattu farouchement la dévolution monarchique pour nous retrouver avec une dynastie. Malheur de nous Républicains sincères qui pleurons tant de jeunes tombés pour l’élection de Macky.
    Tout ça là pour en arriver qu’à ça.: lui Président de la République, son oncle maternel maire de Pikine, son frère maire de Guediawaye son beau frère maire de Saint Louis et ministre de n’importe quoi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here