PARTAGER

cheikh_issa_sall_dg_admEn prélude à un séminaire international de l’Agence de développement municipal portant, entre autres, sur les nouveaux modes de financement des collectivités locales, le Directeur Cheikh Issa Sall a bien voulu échanger sur la nature de son engagement politique aux côtés du chef de l’Etat Macky Sall, ainsi que sur les raisons pour lesquelles il n’a pas souhaité militer au sein de l’Apr mais a préféré se concentrer sur son mouvement, Agir avec Macky Sall pour le développement de Mbour (Amdem).

On vous fait le reproche que votre structure, l’Am­dem accapare les réalisations faites dans le cadre de l’Adm, comme si cette dernière était le bras technique de l’Amdem ?
L’association Agir avec Macky pour le développement de Mbour (Amdem) et l’Agence de développement municipal (Ad­m) n’ont pas de lien direct. L’Adm est une structure nationale qui a comme ressort l’ensemble des communes du Sénégal. Alors que Amdem, comme son nom l’indique, agit pour le développement de Mbour. C’est le département de Mbour qui est concerné par notre mouvement politique. Notre intervention politique est concentrée dans la commune de Mbour. Depuis la naissance du mouvement, l’Adm n’a rien investi dans la commune de Mbour. Ce qui veut dire que nous n’avons rien à revendiquer au niveau de Mbour, par rapport à des investissements de l’A­gence de développement municipal.
Si on pouvait nous dire qu’il y a telle ou telle réalisation faite à Mbour par l’Adm, et que le mouvement Amdem aurait revendiquée, on aurait compris cette question. Tout ce qui a été réalisé au niveau de la commune de Mbour est le fruit de la mutualisation des moyens des membres du mouvement et c’est surtout des réalisations dans le domaine social. Ça n’a rien à voir avec les réalisations de l’Adm, qui s’implique partout au Sénégal.

Qu’est-ce que vous avez réalisé de façon concrète au niveau de Amdem ?
Amdem essaye toujours d’être avec les populations, aussi bien dans les cérémonies religieuses, lors des activités culturelles, d’aider sur le plan social des  élèves qui ont des difficultés, en organisant des cours des vacances, aider les étudiants Mbourois qui sont à Dakar et qui n’ont pas de logement. Nous avons mutualisé nos moyens pour leur trouver un appartement. Sur le plan sanitaire, nous essayons d’organiser des consultations gratuites.

Avez-vous réhabilité des écoles cette année ? Et avec quels moyens ?
Nous avons construit 4 salles de classe, mais ce n’était pas avec les moyens du mouvement. C’est le fruit de nos relations avec d’autres structures, et d’autres partenaires. Et ça n’a rien à voir aussi avec les réalisations de l’Agence de développement municipal.

N’avez-vous pas l’impression, personnellement, que votre implication dans Amdem paralyse les réalisations de l’Adm ?
Comme je vous l’ai déjà dit, Amdem c’est à Mbour, et l’Adm concerne l’ensemble du territoire national. Il n’y a pas possibilité de confusion parce que depuis que nous avons créé ce mouvement, malheureusement pour ceux qui voudraient jeter l’opprobre sur notre mouvement, on n’a jamais pris des investissements de l’Adm pour leur donner des objectifs politiques. Depuis que le mouvement est né, il n’y a jamais eu d’investissements de l’Adm dans la sphère où on fait de la politique. Amdem est un mouvement local de la commune de Mbour. Tous ses membres sont de Mbour, nos activités se limitent à Mbour et tout se fait par la mutualisation de nos moyens et possibilités.
Nous allons continuer à travailler pour le développement de la commune de Mbour, pour la massification de l’Apr mais toujours à Mbour. Il n’y a pas de possibilité de confusion ou d’interférence entre l’Adm et Amdem, parce que les sphères ne sont pas les mêmes, les démarches ne sont pas les mêmes. Même les niveaux d’investissement sont différents. A l’Adm, ce sont des investissements lourds à destination des collectivités locales, surtout des grandes villes. Alors que Amdem c’est le social, la politique, des visites de proximité, l’accompagnement des élèves, des femmes… Il n’y a aucune mission de l’Adm qui correspond à ce que nous faisons au niveau de ce mouvement.

Puisque vous travaillez pour la réussite de  Macky Sall, comme vous le dites, pourquoi ne pas intégrer carrément l’Apr ?
Tous ceux qui travaillent pour le président Macky Sall ne sont pas dans l’Apr. Il y a à côté de lui, la coalition Bennoo Bookk yaakar. En plus de l’Apr, il y a d’autres partis qui travaillent pour lui, ainsi que d’autres mouvements. Dans notre mouvement, près de 60% des adhérents n’ont jamais fait de la politique, et ne voulaient pas intégrer de parti politique, mais étaient séduits par l’idée et les idéaux de Amdem. C’est en concertation que le mouvement est né, pour accompagner l’action du président de la République, et surtout pour que les populations du département de Mbour puissent se sentir à l’aise par rapport à ce qui est en train de se faire au niveau national, dans le cadre du Plan Sénégal émergent. Mais cela, on ne pouvait peut-être pas le faire dans le cadre du parti
Apr à Mbour, dont nous connaissons les divergences et les querelles de positionnement. Alors que nous ne réclamons rien dans le cadre du parti, ni poste de coordinateur ou d’adjoint. Ce qui nous intéresse, c’est de travailler pour les populations, et pour le président Macky Sall. Ce que nous pouvons faire dans la cadre du mouvement Amdem.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here