PARTAGER

La 25e édition de la Fidak a ouverte ses portes hier. Cet événement présenté comme un outil d’intégration dé­mar­re sans l’indemnisation des victimes de l’incendie du pavillon vert qui s’est produit lors de la précédente édition.

La 25e édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak) a officiellement ouvert ses portes hier. Alors que les sinistrés du pavillon vert de la précédente édition, victimes d’un incendie, ne sont pas encore indemnisés. L’affirmation a été faite hier par le directeur général du Centre international de commerce extérieur du Sénégal (Cices) au cours de la cérémonie d’ouverture de cet événement commercial présidé par le ministre du Commerce, du secteur informel, de la promotion de la consommation des produits locaux et des Pme, Alioune Sarr. «Je répète ici avec la teneur de sérieux la plus forte que les démarches d’indemnisation sont très avancées et qu’encore une fois, aucun sinistré n’a été indemnisé à ce jour, qu’il soit sénégalais ou étranger», a avoué Cheikh Ndiaye. «Sur quoi se fonderait-on pour précéder en catimini à un traitement différentiel des sinistrés ?», s’est-il interrogé, avant d’ajouter que cela ne s’expliquerait pas. Pour lui, la Fidak est devenue un label consolidé, un signe distinct de l’image positive de l’économie sénégalaise. Cheikh Ndiaye affirme que l’événement constitue une vitrine d’affaires, une respiration économique pour la vente directe, un moment de déploiement diplomatique intense, une opportunité d’emplois pour la jeunesse et enfin un brassage culturel vivant. Le Dg du Cices explique aussi le choix de l’Ethiopie comme invité d’honneur par les bonnes relations entre le Sénégal et ce pays et sur l’exemplarité du modèle de ce dernier en matière de politique d’émergence.
D’après Alioune Sarr, l’Ethiopie figure parmi les 5 plus grandes économies ayant une croissance économique les plus rapides et les plus élevées. En effet, souligne le ministre du Commerce, grâce à des réformes courageuses et des choix de politiques économiques audacieux, l’Ethiopie a réussi à mettre son économie sur un mythe avec une croissance économique accélérée comprise entre 8 et 11%. Ce qui a permis d’impacter la baisse de la pauvreté du pays.
Cette 25e édition de la Fidak est placée sous le thème «Promotion du partenariat public-privé pour un développement durable en Afrique de l’Ouest». Un choix motivé par le souci permanent des autorités sénégalaises de créer, en marge de l’exposition, un cadre de réflexion pour toujours être en phase avec le slogan «La Fidak, un outil d’intégration». «La régionalisation économique n’est-elle pas considérée aujourd’hui comme une alternative incontournable pour le développement ?», se demande Cheikh Ndiaye.
L’ambassadeur de la Répu­blique fédérale et démocratique d’Ethiopie, Mouhammed Seid Yimer, et son Excellence Zhang Xun, ambassadeur de la Chine, et d’autres représentants diplomatiques ont pris part à l’ouverture de la Fidak.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here