PARTAGER

Fallou Thioune, Amdy Bèye et Abdou Lahat Fall nourrissaient la même volonté, rejoindre l’Europe à la recherche d’un mieux-être. Hier, ils ont été condamnés à la même peine par le juge du Tribunal d’instance de Dakar. C’est-à-dire trois mois de sursis pour le délit d’usage de faux dans un document administratif.
En revanche, les prévenus ont été relaxés du chef d’infraction de faux au bénéfice du doute. Le trio s’était rendu à l’ambassade d’Italie à Dakar pour le dépôt de demande de visa. Et le cachet apposé sur le permis de travail qui a été introduit dans leur dossier s’est après révélé faux. Cependant aucun d’entre eux n’a reconnu à la barre qu’il savait que le contrat de travail était falsifié. Le procureur n’a pas requis de peine mais l’application de la loi. Leur conseiller a plaidé le renvoi de ses clients des fins de la poursuite, à défaut, il a demandé une application extrêmement bienveillante de la loi pénale. Me Bamba Cissé s’est demandé, «comment peut-on leur porter un faux qu’ils n’ont pas confectionné ? Comment nous imposer une enquête menée en Italie. Je pense que c’est injuste». Pour l’avocat, «il y a même un problème d’imputabilité pour un fait constaté en Italie. Qu’est-ce qui prouve que les documents sont faux ? Ce sont des gens qui ne sont mus que par l’intention de travailler. Mais ils sont victimes d’une politique raciste des Européens qui ne veulent pas voir les émigrés. Ils n’ont aucun respect pour les Africains. Ça fait mal». Par ailleurs, il a fait comprendre aux jeunes que même si les temps sont durs ici, «l’Europe, c’est l’eldorado illusoire».
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here