PARTAGER

Les locaux de la Gouvernance de Diourbel ont abrité hier un Comité régional de développement d’information et de partage sur la campagne de chimio-préventive du paludisme saisonnier (Cps). Ainsi, 351 294 enfants sont ciblés pour la campagne Cps 2019 dans la région de Diourbel dont 79 116 pour la commune et 272 178 pour le district de Touba.

A l’aube de cet hivernage, les régions de Diourbel et Kaolack ont été intégrées dans la campagne de la Chimio-préventive du paludisme saisonnier (Cps) 2019 après Sédhiou, Kolda et Tambacounda.  Outil de lutte contre cette maladie, la Cps consiste à administrer mensuellement pendant la saison des pluies de fortes transmissions du paludisme d’un traitement complet de deux médicaments antipaludiques (Sp+Aq) aux enfants âgés de 3 mois à 10 ans. L’objectif est de maintenir des concentrations thérapeutiques de médicaments antipaludiques efficaces dans le sang pendant la période de transmission. L’occasion a été aussi saisie par le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) qui a ciblé 1 394 133 enfants pour la campagne Cps 2019 avec l’implication de 19 districts sanitaires. Dr Doudou Sène précise les contours de cette opération : «Nous avons ciblé 6 régions médicales avec 3 districts à Kédougou, 7 à Tamba, 3 à Kolda, 3 à Sédhiou, 1 à Kaolack et 2 à Diourbel. Pour la région de Diourbel, la cible s’élève à 351 294 dont 79 116 pour le district de Diourbel et 272 178 pour celui de Touba.»
Dans la même veine, Dr Sène a fait savoir que la région de Diourbel, particulièrement la commune et le district de Touba, constitue un lourd fardeau à supporter. Selon lui, c’est ce qui a motivé l’enrôlement de la région de Diourbel dans cette nouvelle stratégie. «C’est une stratégie qui vient en complément des autres stratégies qui sont déployées par le ministère de la Santé à travers le pays. Nous venons de sortir d’une grande campagne de distribution de Moustiquaires imprégnés à longue durée d’action (Milda) qui est un moyen de prévention contre les piqûres de moustiques», dit-il. A l’en croire, la Cps permet de nettoyer les parasites qui peuvent être dans le sang de ces enfants de 3 mois à 10 ans. «Mais aussi, poursuit-il, elle permet de protéger ces enfants pendant toute la durée de la forte transmission qui part du mois de juillet au mois d’octobre. Donc, sur chaque mois, il y a un passage qui permet d’administrer ces médicaments à ces enfants. Il nous fallait communiquer avec la communauté pour les sensibiliser davantage sur cette nouvelle stratégie dans cette région de Diourbel et éventuellement celle de Kaolack. Notre objectif, c’est de couvrir 80% des enfants puisque la cible ici tourne presque autour de 400 mille habitants», a-t-il dit.
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here