PARTAGER

Investitures de la coalition Bby : L’Afp exprime sa «désap­probation» sur certains choix

Le parti de Moustapha Niasse n’est pas content de la place qui lui a été réservée par le président de la coalition Benno bokk yakaar sur la liste des candidats investis pour le scrutin du 30 juillet prochain. L’Afp fustige certains choix de Macky Sall et marque sa «désapprobation sans équivoque par rapport aux résultats de ces investitures qui ne répondent pas aux principes d’équité et de transparence».

La page des investitures s’est fermée après la publication, vendredi, des listes en vue des élections législatives. Elle laisse derrière elle un vent de contestation et de frustration de part et d’autre des formations politiques. L’Alliance des forces de progrès (Afp), «fidèle allié» du président de la coalition Benno bokk yaakaar, n’a pas digéré les choix de Macky Sall en sa défaveur. «Le Comité électoral national re­grette avec la plus grande fermeté le procédé utilisé lors du dépôt des listes, avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié constant et crédible», fulmine le parti de Moustapha Niasse. Dans un communiqué, les Progressistes ont exprimé leur «désapprobation sans équivoque par rapport aux résultats de ces investitures qui ne répondent pas aux principes d’équité et de transparence».
Les causes de la colère de l’Afp résultent, entre autres, selon le document, de la mise «à l’écart» de son candidat préféré à Malem Hodar. «Il est difficilement compréhensible qu’un candidat, unanimement désigné par l’ensemble des composantes de Bby, en la personne du député sortant Cheikh Ndiaye, soit remplacé au dernier moment par un candidat d’un autre parti, décision qui n’a fait l’objet d’aucune consultation. Bien d’autres cas ont été identifiés», regrette-t-on. Avalant difficilement cette pilule amère, les membres du Comité électoral national de l’Afp ont tout de même «condamné avec la plus grande énergie la décision inique qui a entouré cette procédure qui s’est effectuée sans concertation, au moment du dépôt des listes». A travers le commentaire sur la liste de la coalition présidentielle, le Comité électoral national a aussi «relevé et déploré la rupture de la chaîne de concertation au moment de la phase finale».
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here