PARTAGER
Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal.

Les réactions indignées se poursuivent pour condamner la vente aux enchères des migrants africains en Libye. Ce lundi, l’ambassadeur de la France au Sénégal, Christophe Bigot, a, en marge d’une cérémonie qu’il a tenue dans sa résidence, fait part de son amertume face à cette situation abominable. «Je suis consterné, scandalisé par cette abomination», a-t-il réagi devant la presse. Remarquant toutefois que «ces faits, cette situation, étaient bien connus». «Moi-même qui ne suis pas en information directe, j’en ai parlé à plusieurs reprises, depuis déjà plusieurs mois de cette situation en Libye. Du fait que des trafiquants utilisaient les migrants, abusaient d’eux, les kidnappaient, et les réduisaient en esclaves.» Ceci dit, le diplomate a aussi exprimé sa satisfaction de voir que les télévisions ont pu montrer cette réalité. Préco­nisant par ailleurs, de lutter avec «férocité» contre ces trafiquants, ces marchands qui avec «indignité» utilisent les hommes et les femmes qui, dépourvus d’espoir, choisissent la migration. «Il faut lutter férocement contre ces réseaux de trafiquants qui ne sont pas uniquement en Libye mais sur tout le chemin.» Pour lutter plus «efficacement» contre ces réseaux criminels, M. Bigot estime qu’il faut avant tout «une très bonne coopération entre tous les Etats de la région», et bien évidemment, «un travail politique» en Libye dans le but de «stabiliser» le pays, de faire en sorte que ses institutions soient plus solides, qu’elles puissent «exercer» tout leur rôle sur le pays et qu’elles puissent mettre fin à ces pratiques. «Je suis certain, elles l’ont dit publiquement, qu’elles le dénoncent publiquement. Mais pour cela il faut qu’elles aient les moyens d’assumer leur autorité sur le territoire», a-t-il conclu.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here