PARTAGER
Hugues Dias, directeur de la Cinématographie.

La direction de la Cinématographie a procédé hier à la proclamation de la liste des bénéficiaires du Fopica 2016. Sur 137 projets reçus, toutes filières confondues, les gestionnaires du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuel ont octroyé un financement à 38 projets pour un montant global d’environ 1 milliard de francs Cfa, réparti entre la production (560 millions de francs Cfa), la distribution, l’exploitation et la formation (361 millions de francs Cfa environ).
Par Aïssatou LY

Pour le Fopica 2016, nombreux ont été les cinéastes, producteurs, exploitants, distributeurs… à solliciter un financement. En tout et pour tout, Abdoul Aziz Cissé, secrétaire permanent du Fopica, dit avoir, lui et son équipe, reçu 137 dossiers. «Pour la gestion 2016, le nombre total de dossiers et projets reçus, toutes filières confondues, est de 137. Le montant total sollicité par les porteurs de projets est d’environ 5 milliards de francs Cfa. Et le montant total alloué aux différents projets 1 milliard. Les 560 millions de francs Cfa revenant à la filière production et les 361 millions aux projets de distribution, d’exploitation et de Formation.» Ces chiffres disséqués montrent dans la section long métrage fiction que 12 films ont bénéficié de financement. Notamment, le projet Adama et Awa de Moussa Sène Absa qui a reçu 65 millions de francs Cfa, le plus gros montant dans cette catégorie, L’otage du fleuve de Nicolas Sawalo Cissé a obtenu un financement de 60 millions, de même que Le procureur de Christian Thiam, La prochaine fois, le feu de Maty Diop a aussi obtenu un financement de 50 millions de francs. Toujours dans cette catégorie, Amadou Saloum Seck, Akela Sagna, Adama Bineta Sow, Saliou Ndiaye et Mariama Sylla ont, entre autres, obtenu chacun un financement de 3 millions de francs comme aide au développement.
Dans la section documentaire, Katy Léna Ndiaye a obtenu 40 millions de francs avec son projet Une histoire du franc Cfa et Abdou Lahad Fall 20 millions pour Tcheky. Avec 3 millions, Fabineta Diop va pouvoir plus structurer son projet de documentaire Galaye et Bamba.
Pour la section court métrage fiction, un montant de 20 millions a été alloué à Fidèle Diémé pour 15 francs par jour et Mor Talla Kandji 10 millions pour Le cadeau. Khadidiatou Sow empoche 3 millions pour Les yeux de Nabil.
Dans la section des séries Tv, ce sont Les aventures de Djuju et Kady de Lamine Diémé et Dérapage de Abdou Lahad Wone qui empochent chacune 30 millions. Dans sa gestion 2016, le Fopica a aussi tenu à accompagner 5 apprenants sénégalais de l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech avec un appui d’environ 3 millions pour chacun. Toujours dans le cadre de la formation, certaines structures comme le Centre culturel régional de Diourbel, Image et vie, le Cinéma numérique ambulant, Fotti culture… ont été dotés de montants de 15 à 10 millions de francs pour des sessions de formation des jeunes aux métiers de cinéma et de l’audiovisuel.
Dans la section distribution, seul Marodi Sénégal de Serigne Massamba Ndour a pu avoir un financement (50 millions de francs). Dans l’exploitation, 4 projets se sont partagés de grosses sommes. Pour son projet de rénovation et de modernisation de la salle de cinéma de la Médina Abdoulaye Mbengue a reçu 50 millions, alors que pour son projet de numérisation du cinéma Christa, Malick Aw s’est vu octroyer 75 millions. Le même montant est alloué à Jo Gay Ramaka pour le réseau cinéma Le Sitoé, et à Alioune Diagne pour son Complexe Bada Ciné.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here