PARTAGER

Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime s’est senti profondément touché dans son honneur et sa dignité suite aux accusations de corruption à son encontre révélées par la presse hier. Il a qualifié ces informations de fausses et sans fondement tout en promettant de servir une citation directe à ses auteurs.

Le ministre de la Pêche et de l’économie n’a pas perdu de temps pour réagir à l’article paru hier dans un quotidien de la place le noyant dans un vaste réseau de corruption. Lors d’une rencontre avec la presse à son ministère, Omar Guèye a catégoriquement réfuté les informations diffusées et qu’il a qualifiées de «mensongères, fausses et dénuées de tout fondement». «L’auteur de l’article parle d’un virement de 9973,02 euros soit exactement 6 millions 532 mille 328 francs Cfa. Un virement suppose l’existence d’un compte bancaire et je n’en ai qu’un seul au Sénégal ouvert dans les livres de la Banque Atlantique (…) Personne ne peut tracer dans mon unique compte bancaire un tel virement», a-t-il insisté tout en construisant sa ligne de défense autour de quatre axes. «Dans les développements, il n’est aucunement fait mention de mon implication dans ce dossier et le journaliste reconnaît lui-même avoir ’’pu consulter l’acte d’accusation du juge étalé sur 90 pages’’», a-t-il d’abord relevé comme nette contraste avec le titre de l’article de Libération affirmant «de manière péremptoire» son implication dans ce dossier. Il a ensuite brandi l’antériorité de l’affaire (entre 2006 et 2013) à sa nomination comme ministre. «Le journal Jeune Afrique, source du journal Libération, avance que l’affaire s’est déroulée entre 2006 et 2013. Je suis membre du gouvernement depuis 2012, en tant que ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement (2012 à 2013), ministre du Tourisme et des transports aériens de 2013 à 2014 et depuis 2014 ministre de la Pêche et de l’économie maritime», a-t-il rappelé, affirmant s’être évertué depuis lors à mériter la confiance du Président Macky Sall pour ces nominations. «Je m’emploie toujours avec toute la rigueur nécessaire et en me basant sur les valeurs qui fondent sa gouvernance à atteindre les objectifs qu’il m’a assignés», a-t-il noté en ce sens. La main sur le cœur, il a assuré ne s’être jamais occupé de questions d’armements ni même connaître la société et les personnes incriminées dans cette affaire. «Je n’ai jamais été dans ma vie au Cameroun et je ne connais aucune autorité de ce pays encore moins la société espagnole incriminée dans cette affaire Defex et ses dirigeants», a-t-il juré, bottant encore en touche toute collaboration entre la société incriminée et les départements ministériels qu’il a eu à diriger. Se sentant atteint dans son honneur et sa dignité, Omar Guèye a annoncé une plainte contre les auteurs des articles. «J’ai décidé d’envoyer à ces différents journaux des citations directes pour qu’ils rapportent la preuve de leurs allégations mensongères et diffamatoires», fait savoir le maire de Sangalkam.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here