PARTAGER

Après sa grave blessure au genou, Eric Bertrand Bailly est sorti de son silence. Et c’est sur sa page officielle Facebook que le défenseur de Manchester United a laissé transpirer son état d’esprit plein d’optimisme, face pourtant à un genou qui ne finit pas d’être éprouvé. «Je tiens à remercier tout le monde pour les messages d’amour et de soutien que j’ai reçus. C’est dur, mais il faut accepter que certaines blessures sont inévitables. C’est vrai que cette saison ne m’a pas beaucoup souri, mais je vais revenir bientôt et avec plus de force la saison prochaine, si Dieu le veut», a déclaré le défenseur international ivoirien, annoncé forfait pour la Can 2019 par le club anglais.
Selon les médecins de Man­chester United, Eric Bailly souffre d’une rupture des ligaments internes du genou droit. Un verdict après diagnostic qui devrait valoir 2 mois, au moins, d’indisponibilité pour le défenseur ivoirien. Ole Gunnar Soljkaer très inquiet après la sortie sur blessure de son Eléphant, devrait donner plus d’informations, le vendredi prochain, au cours de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match de Premier League.
Ce n’est malheureusement pas la première fois que Eric Bailly subit une telle déconvenue physique sous la tunique des Red Devils. Débauché à Villarreal par José Mourinho à l’été 2016, le défenseur international ivoirien s’était gravement blessé au genou droit en octobre 2016 en championnat face à Chelsea, avant de rechuter en décembre de la même année à l’issue d’un déplacement à Crystal Palace.
A l’issue de la première panne physique importante, José Mourinho, alors à la tête des Mancuniens, avait déjà évoqué une blessure grave «dans la zone des ligaments» du genou du défenseur ivoirien. Si une incertitude, alors, avait été évoquée concernant sa participation à la Can 2017, au Gabon, Bailly fut finalement sélectionné par Michel Dussuyer. Pour ce coup-ci, le champion d’Afrique 2015 devra suivre ses coéquipiers de loin, pour remettre d’aplomb un genou constamment endolori.
Sport-ivoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here