PARTAGER

Le coup est rude pour la Côte d’Ivoire. Présents lors des trois dernières Coupes du monde, les Eléphants vont manquer le Mondial 2018 en Russie. Une lourde perte à tous les niveaux (sportif, financier, social,…), d’autant plus qu’elle intervient quelques mois seulement après le fiasco à la Can 2017 où le tenant du titre a été éliminé dès le premier tour. Pour la légende du football ivoirien, Didier Drogba, une remise en question s’impose. «Sur le papier, je pense qu’on avait les joueurs pour passer. Mais c’était compliqué pour les jeunes. Nous, nous avions l’expérience des anciens pour nous recadrer. Mais là on ne peut pas laisser de jeunes joueurs comme ça. Je les ai eus parfois au téléphone. Ils me demandaient comment aborder ce genre de match. On aurait aimé être à leurs côtés. Et ne pas les abandonner comme ça. Car pour moi, c’est une forme d’abandon», a déploré l’attaquant de 39 ans au micro de RFI. «Ça me fait énormément de peine de dire ça, d’autant plus que je suis triste pour ces jeunes joueurs de talent qui vont passer à côté de quelque chose de grand dans leur progression, mais c’est une suite logique. Je ne suis pas surpris (par la non-qualification) !»
Alors que le président de la Fédération (Fif), Sidy Diallo, se trouve actuellement au centre des polémiques, l’actuel joueur du Phoenix Rising appelle au rassemblement. «Beaucoup pointent du doigt le coach, la fédération. C’est vrai, ils ont leur part de responsabilité. Le coach est le représentant de l’équipe et de la Nation. Il faut savoir qu’il a été imposé. Donc à partir de ce moment-là, il faut assumer ses responsabilités et il l’a fait. Je ne suis pas là pour pointer du doigt, mais je pense qu’aujourd’hui, il faut essayer de rassembler le football ivoirien», a souligné l’ancien Eléphant.
«Il y a un football local, mais les stades sont vides. Tour cela manque de passion. Et c’est la raison aussi pour laquelle je me suis impliqué. Il faut redonner un engouement à la scène locale. Des joueurs comme Yaya Touré, Kolo Touré, Zokora ont été formés sur la scène locale, ils ont appris le football en Côte d’Ivoire avant d’exploser à l’étranger. Donc il faut redonner goût aux Ivoiriens d’aller au stade. C’est la base. La fédération doit tirer un bilan de cet échec», a conclu le double Joueur Africain de l’année.
Avec Afrik-foot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here